Musique

Maria Sidibé Dite Sadio : la gazelle de la cité de l’arachide

Entrée dans la musique par la porte de la danse, Sadio s’est révélée au public malien comme une danseuse inégalable et une talentueuse choriste. Par la tendresse du mouvement, le jeu du corps, la mise en scène et le spectacle, elle brille comme une étoile filante parmi les nouvelles révélations de la musique malienne.

Maria de son vrai nom (elle est surnommée Sadio parce qu`elle est la cadette des jumelles), s`est très tôt passionnée pour la danse.  

Originaire d’un petit village du nom de Brico, situé dans le cercle de Kita, elle est née dans une famille de paysans Peulh.  Dans la famille maternelle, la musique se transmet de mère en fille et très jeune, Sadio sera autorisée à participer au « Fèrew » (défis de danse et de chant lors de rassemblements publics) en tant que danseuse. A sept ans déjà, elle était une vedette locale que peu de filles osaient affronter sur les Fèrew. Elle rejoint ainsi, à l’âge de douze ans, la troupe du village, pour participer à la semaine des Arts et de la Culture à Kita, où elle sera reconnue comme la révélation dans la section danse. Elle séduit au point que les nombreuses sollicitations vont la contraindre à quitter la cité de l’arachide pour s’installer à Bamako. Elle sera repérée par Sali Sidibé et intègre son groupe avec lequel elle commence les tournées.

En parallèle au groupe de Sali, Sadio intègre le « Babemba nationale », où elle  poursuit sa formation de danseuse et débute l’apprentissage du chant.  Elle croisera le chemin de grands artistes, chorégraphes et danseurs. En 2002, Ramata Diakité, grande chanteuse malienne, déjà reconnue internationalement, la prendra « sous son aile » et la forme au chant. C’est à cette période, que Sadio commence à allier pleinement le chant et la danse, à définir son style, celui de la gazelle du Wassoulou, de la femme que la scène ne peut oublier. Son sérieux, son talent et sa passion qui lui ont  valu le privilège de mettre son  premier album sur le marché.

En 2004, elle sort son premier Album « Diama », qui est un succès inattendu et fulgurant. Elle devient  alors la nouvelle étoile montante du Mali. Son album se vend très bien. Elle remporte les hits parades maliens, est invitée aux émissions de radio et se produit en concert en tant qu’artiste principale. Elle est invitée par les villages, se déplace dans tout le Mali et incarne un nouveau genre musical, entre tradition et  modernité. Ses prestations, aussi  bien au niveau de la danse que du chant sont acclamées.   En 2006, son deuxième album « Tu sais » sort au Mali et confirme son succès. Elle assoit sa notoriété et poursuit son ascension dans les pays limitrophes. Elle est invitée dans les festivals et confirme sa place dans la génération des nouveaux artistes montants du Mali. En 2009, elle rejoint la troupe Sounou Percussion, avec laquelle elle se produit en Europe et en Afrique.

Véritable coqueluche de la cité de l’arachide, Sadio se positionne comme l`un des meilleurs espoirs de la musique malienne  et se fraie allègrement un chemin vers la notoriété internationale.   

  Actuellement, Sadio est fondatrice d’une troupe  de  danse et percussion dénommée  « Cali percussion » dont elle est la chorégraphe principale.                                                                                                                             

 Rokya Berthé

Farafinet Media

L'actualité africaine, par les africains du continent.
Follow Me:

Related Posts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.