Agriculture Personnalités Politique

Sécurité alimentaire et nutritionnelle au Mali : Plusieurs actions envisagées  pour renforcer  la résilience des populations affectées

Oumar Ibrahima Touré, ministre commissaire à la sécurité alimentaire (Csa) a présidé, le vendredi 9 février 2018 à l’hôtel Massaley de Bamako, à l’ouverture des travaux de la 13ème Session du comité de coordination et de suivi des politiques et des programmes de sécurité alimentaire. Plusieurs actions ont été envisagées pour renforcer la résilience des populations vulnérables à l’insécurité alimentaire au Mali.

Cette session a permis aux acteurs impliqués dans la sécurité alimentaire et nutritionnelle, et  leurs partenaires  de passer au crible  l’examen  de la situation alimentaire du Mali à l’issue de la campagne agricole 2017-2018 et  faire l’état de l’exécution de recommandations de la session du comité. Aussi, Ils ont procédé à l’examen du bilan et le plan d’opération 2017 et validé  le plan d’opération et le budget 2018.

Oumar Ibrahima Touré, ministre commissaire à la sécurité alimentaire a rappelé que la campagne agricole 2017-2018 a été marquée par de situations défavorables. Selon lui, cela a conduit vers  à des déficits céréaliers. « La dégradation de la situation sécuritaire au centre et au nord du pays ayant affectée les circuits d’approvisionnement, et provoquée le déplacement inhabituel des ménages des zones d’insécurités. L’irrégularité de la pluie dans une bonne partie du territoire nationale a eu de conséquences dramatiques sur les récoltes. A cela, il faut ajouter les conditions de l’élevage de cette année qui sont bonne et mauvaises dans différents  endroits du pays», a déploré le ministre commissaire à la sécurité alimentaire.

Cependant, le tableau n’est pas très reluisant, remarque-t-il,  mais, selon lui, il ne faut pas le noircir complètement car beaucoup d’efforts ont été faits. C’est pourquoi, Oumar Ibrahima Touré est revenu sur les efforts menés par les acteurs impliqués à la sécurité alimentaire et nutritionnelle malgré la situation  très difficile du  pays.

« Le système d’alerte précoce(SAP), après l’évaluation des différents éléments provisoire qui a été menée au mois de novembre 2017, a recommandé entre autres : de fournir une assistance alimentaire à 794 743 personnes d’ici la période de soudure. Aussi à l’intérieur du pays, il  y a des zones dans lesquelles les interventions doivent être faites immédiatement. Au commissariat à la sécurité alimentaire des  mesures seront entreprises  pour  satisfaire cette recommandation. Nous allons également  apporter plus 2000 tonnes de céréales à l’ensemble de populations de Kolokani, de Banamba,  de Ténenkou, de Gourma-Rharous, de Tombouctou et de Goundam », a-t-il expliqué.

Face à ces difficultés des populations affectées, poursuit le ministre commissaire, le Csa a entrepris une série de mesures.

« Nous avons un stock national de 25 000tonnes  et nous avons en train de mener de démarches pour renouveler  à 35000 tonnes. Pour cela, un appel d’offres a été lancé pour trancher la première phase 11 000tonnes.  Cette opération est en cours. Parallèlement à cela, il a été demandé au gouvernement de mettre à la disposition du Csa  de ressources pour pouvoir acheter 10 000 tonnes de céréales et 15 tonnes comme stock complémentaire. Le stock d’intervention de l’Etat est à un niveau de 13 121 tonnes, nous avons demandé au gouvernement de racheter ces 13 121tonnes pour permettre de renforcer notre stock national. Toutes les dispositions sont en train d’être prises afin que ce renouvellement se fasse dans le meilleur délai », a-t-il détaillé.

S’agissant de la situation particulière  que connaissent les bétails, Oumar Ibrahima Touré, a souligné que des dispositions seront prises pour pallier à ce problème. « Nous avons envisagé de mettre à la disposition d’environs 25 000 tonnes d’aliment bétail à un prix subventionné de 50%  avec un coût global de 4 900 000 000 de Fcfa », a-t-il annoncé.

Au delà de ces actions, le Ministre Touré a annoncé  une grande attention sera accordée à la réalisation des activités de résiliences seront entrepris aux bénéfices de populations affectées, en s’appuyant sur des expériences acquises par la politique nationale.

Moussa Mallé SISSOKO

Related Posts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.