Gouvernance Justice

Lancement des activités de la 23ème  session de l’EID: Pour plus d’interpellations venant des femmes et de la diaspora !

Le secrétaire permanent du Médiateur de la République, M. Adama Tiémoko Traoré a lancé le jeudi 28 juin 2018 les activités de la 23e session de l’Espace d’Interpellation Démocratique (EID) prévue le 10 décembre prochain. C’était lors d’une conférence de presse au siège du Médiateur de la République au cours de laquelle il a déploré le faible taux de participation des femmes et de la diaspora à l’EID.  

L’Espace d’Interpellation Démocratique offre un cadre d’échange dynamique au cours duquel les Ministres sont interpellés par des citoyens sur des questions qui relèvent de la bonne gouvernance en matière de droits et libertés publiques.

Au cours de cette conférence, le secrétaire permanent du Médiateur de la République, M. Adama Tiémoko Traoré a tenu à rappeler que durant la campagne 2017, les services du Médiateur de la République ont enregistré 290 dossiers contre 234 en 2016. Et d’ajouter : « Sur les 290 dossiers d’interpellations, 41 ont été retenus pour  la lecture le 10 décembre 2017, 147 classés pour suite à donner, 102 non retenus pour non conformité avec les critères de recevabilité fixés par le Règlement Intérieur de l’EID ». Il dira que sur les 188 dossiers retenus, 112 ont fait l’objet de réponse soit 59,57% à la date du 31 mai 2018.  De ces dossiers traités, selon M. Traoré, 10 ont reçu des réponses satisfaisantes et 76 en cours de traitement.

Une autre remarque fait ressortir que sur les 290 dossiers, seulement 24 (8,27%)  appartenaient à des femmes et les 266 (91,72%) ont été déposés par des hommes. C’est pourquoi le conférencier a invité les femmes et la diaspora à prendre part à l’EID.                                                                                                                                      Pour cette édition le bureau du Médiateur de la République entend mettre un accent  particulier sur les systèmes de communication  afin de diminuer le nombre de dossiers rejetés. Pour ce faire, selon le conférencier la diffusion se fera sur tous les canaux de communication : presse écrite, presse en ligne, radio, télés et dans toutes les langues nationales parlées.

« Nous avons également approché toutes les organisations civiles partenaires du Médiateur en les demandant de nous aider non seulement dans la mobilisation mais aussi à une large sensibilisation des couches défavorisées notamment les femmes. Nous sommes également disposés à les accompagner à travers des formations   ».

 

Les modalités de participation à l’EID

 Du 1 juillet au 30 septembre, le secrétaire permanent assure la réception des interpellations et arrête la liste des dossiers à soumettre à l’examen de la Commission Permanente.                                                                                                    S’agissant des critères de recevabilité des dossiers d’interpellation, le secrétaire permanent dira, pour qu’un dossier soit recevable il faut qu’il soit conforme à certains critères de forme et de fond.

La forme du dossier d’interpellation, selon M. Traoré, doit : « être écrite en langue officielle , être lisible, observer les formes de politesse démocratiques , avoir un intérêt individuel ou collectif, mettre en cause une administration de l’Etat, des collectivités territoriales, des établissements, ou tout organisme investi d’une mission de service public, avoir été examiné au préalable par la structure incriminée ou des démembrements ».

Quand à son fond, il doit concerner entre autres, les atteintes à la vie, aux libertés, à la sécurité et à l’intégrité physique, les cas de tortures,  de sévices ou de traitements inhumains, cruels ou dégradants ou humiliants. De même que le non-respect de la légalité, la violation du principe de bonne gouvernance, la violation du principe de bonne administration, la violation du principe de justice et d’équité.

 

Selon le secrétaire permanent du Médiateur de la République, les dossiers sont classés en trois catégories : les dossiers retenus pour la lecture du 10 décembre, les dossiers pour suite à donner et les dossiers non retenus. Tant que les sessions de l’EID continueront aucun dossier ne restera sans traitement, a-t-il fait savoir.

Par rapport à la saisine de l’EID le conférencier informa qu’elle se fait par courrier qui sera déposé au siège du Médiateur de la République à l’ACI 2000 ou auprès des délégations territoriales du Médiateur de la République à l’intérieur et dans les ambassades et consulats pour nos compatriotes de l’extérieur.  Et il n’est pas exigé que l’interpellateur soit de nationalité malienne.

Compte tenu des difficultés sécuritaires, ils n’ont pas pu encore installer la délégation territoriale de Kidal. Cependant, a dit M. Traoré, les interpellateurs de ces régions peuvent déposer leurs dossiers au niveau des régions les plus proches qui disposent des services du Médiateur de la République.

A rappeler que la 1ère   édition de l’EID s’est tenue le 10 décembre 1994. Et d’année en année des innovations sont apportées pour mettre cette tribune à la portée de tous.

 

Par Maïmouna Sidibé                            

Follow Me:

Related Posts

Laisser un commentaire