Politique Sécurité

TUE OU PAS TUE : La France met le Mali KO debout avec un mot ‘’probablement’’

Amadou Koufa est-il mort ou pas ? Le Mali est encore figé sur ‘’Arrêt sur image’’ ; on a sauté du banc les deux bras en l’air pour crier victoire et jubiler, mais la cassette s’est bloquée.

Elle est extraordinaire cette histoire, une fois qu’on se met à distance pour l’examiner. C’est une histoire de coït bloqué en route. A tout seigneur, tout honneur, les Peuls du Macina, du Seno et du reste ont failli sauter au ciel de joie en apprenant la nouvelle, tellement ils étaient terrorisés par Koufa. Mais, le tempérament Peul a fait poser une question au préalable. Ko gonga ? Est-ce vrai ? La réponse fut : ‘’Probablement’’ ? La joie est donc retenue, le soulagement de voir un parent se faire tuer par des étrangers venus du ciel.

Mettons le ‘’probablement’’ entre parenthèses le temps de  nous intéresser à un autre aspect celui de ‘’Tué ou pas Tué’’. Si Koufa est tué, qui l’a tué ? Cette question continue à coincer entre les deux étages. La France seule ou avec le Mali ? Au cas où le Mali a ‘’ participé’’ ce serait à quelle hauteur ? Une participation active des FAMa (au sol) ou une contribution diplomatique ?

D’abord, est-ce que l’opération qui a détruit la base  de la Katiba de Koufa a eu véritablement lieu ? Vu la proximité  et la configuration  géographiques peut-elle avoir eu lieu de nuit sans que les populations locales s’en aperçoivent ? En effet, PARLY a parlé de, ravitailleurs, Bombardiers Gazelles et Tigres (hélico) et de drones. Sans oublier, les ‘’ fixeurs’’ et les troupes aéroportées au sol. Tout ça de nuit fait beaucoup de boucan.

Admettons que l’opération ait eu lieu. C’est Florence PARLY, ministre de la Défense de la France qui a donné l’information le samedi. Un weekend, comme on l’a bien fait remarquer. Le Mali est en ‘’laisse guidon’ : le Président en visite privée, le premier ministre en voyage officiel, le gouvernement en vacance et l’Assemblée Nationale entre deux eaux (fin mandats assortie de self service. PARLY n’a absolument pas parlé ni de l’armée malienne et ni du Mali. C’est par la suite que le Mali s’introduit par le ministère de la Défense et des Anciens Combattants. Du coup, un officier français met le Mali dans la participation dans un Twitt. Donc, le Mali a-t-il participé ou pas ? A quel niveau ? Une participation réelle ou diplomatique ? D’ailleurs quand on dit que le chef de famille a participé, a donné le ‘’nansongon’’ est-ce quelque chose à ‘’ébruiter’’.

Admettons que l’opération ai lieu et que le Mali a participé sans savoir à quelle hauteur ni de quelle nature. Mais est-ce que Koufa a été tué ?

Pouvait-on avoir la certitude ? Sans aucune preuve ? Sachant que la mort de plusieurs terroristes a été annoncée à plusieurs reprises ?

Dans ces conditions de point d’interrogation sans réponse, pouvait-on transformer, convertir et traduire l’expression ‘’probablement’’ en Braking News ? Nous sommes désormais vaccinés contre de telles naïvetés. Et c’est cette lucidité qui nous a mis KO debout et pas sauvés par le coup de gong.

Amadou TALL

Related Posts

Laisser un commentaire