Flash d´information

GREVE DES DAF, DES DFM… Les salaires de décembre fortement compromis !

Les DAF, DFM, CPS et DRH de tous les ministères du Mali sont en grève depuis le lundi 03 décembre 2018. Les effets nocifs sont nombreux. Entre autres, les salaires de décembre ne seront pas payés.

Les directions administratives et financières (DAF), les directions des finances et du matériel (DFM), les cellules de planification et de statistique (CPS) et les directions des ressources humaines (DRH) du Mali sont toutes en grève. C’est la 3e édition du genre et elle s’étend du lundi 3 au vendredi 7 décembre 2018, c’est-à-dire toute la semaine. «Il n’y a que le directeur et son adjoint au poste chez nous » nous a confié un cadre d’un ministère de la place.

Un décret a été déjà adopté en Conseil des ministres et est déjà appliqué concernant les primes à accorder à certaines catégories du secteur. Mais d’autres ont été purement et simplement exclus de la manne financière à partager en primes et indemnités. Ainsi la direction nationale du contrôle et du budget (DCB), la direction nationale du contrôle financier (DNCF) et la direction nationale de la planification et du développement (DNPD) ont bénéficié des fameuses indemnités.

Par contre, les cadres des DAF, des DFM, des CPS, et des DRH ont été purement et simplement exclus de la distribution des indemnités providentielles.

Ce mouvement d’humeur et cet excès de colère et de frustration est elle grave pour la bonne marche du pays ? On peut répondre par l’affirmative. Surtout quand on sait que nous sommes au mois de décembre ; fin de l’année. On sait que toute grève impacte négativement l’économie et la société. Et la grève de certains agents qui occupent des positions stratégiques. C’est le cas des ‘’frustrés’’ auteurs de la grève qui nous concerne.

Les salaires du mois, avant d’être versés aux travailleurs (du ministre au gardien), sont traités avant un certain délai. Ce délai passé, il est impossible de payer les salaires. Cette grève nous met dans cette situation : les salaires du mois de décembre au Mali sont fortement compromis. Les directeurs et leurs adjoints peuvent être au poste, mais ils ne pourront pas traiter les dossiers. Leur présence au bureau est tout à fait symbolique.

Par ailleurs, cette grève nuit gravement aux fournisseurs de services de l’Etat. En effet, les opérateurs qui bénéficient de la commande publique peuvent avoir livré les produits et avoir suivi tout le parcours du combattant. Mais, leur argent sera bloqué. On sait le rôle important que joue dans la société malienne, les salaires versés par l’Etat. On sait aussi que les opérateurs économiques qui bénéficient de cette commande publique sont des vrais distributeurs de revenus et de dons divers.

Enfin, cette situation de blocage expose l’Etat du Mali à une augmentation substantielle de la dette intérieure. Or, les grévistes n’abandonneront pas. Ils jugent la situation trop injuste pour l’accepter. Le ministre doit trouver une solution, ou alors le président de la République.

Amadou Tall

Follow Me:

Related Posts

Laisser un commentaire