Politique Sécurité

GENERAL DE DIVISION GABRIEL POUDIOUGOU, PRESIDENT DE LA COMMISSION INTEGRATION : «L’intégration concerne tous les corps de la fonction publique de l’Etat et non pas seulement l’armée»

Dans un entretien accordé au journal «Le Matin» (hier mardi 15 janvier 2019), le président de la Commission Nationale d’intégration a réaffirmé la nécessité d’œuvrer dans le cadre d’une vision globale pour ramener la paix et la sécurité au Mali. Ce qui explique d’ailleurs la création de différentes commissions dont celle que préside le Général de Division Gabriel Poudiougou. Elles œuvrent toutes à la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation, issu du processus d’Alger (Algérie).

«Il faut une vision globale pour ramener la paix» ! Telle est la conviction défendue par le président de la Commission nationale d’intégration dans un entretien accordé à l’hebdomadaire, «Le Matin». Pour le Général de Division Gabriel Poudiougou, le retour de la paix et de la sécurité est lié à une «vision globale» qui consiste à tenir compte de toutes les réalités qui sont à l’origine de la crise que le Mali traverse depuis janvier 2012.

Selon le Général Poudiougou, huit sites ont été déjà aménagés et sécurisés et sont prêts à accueillir les combattants dans le cadre du désarmement. «L’intégration concerne tous les corps de la fonction publique de l’Etat et non pas seulement l’armée», a expliqué le président de la commission d’intégration.

Ainsi, 2000 combattants seront insérés dans l’armée et 2000 autres dans la fonction publique, soit un total de 4000 intégrés. «Ceux qui ne remplissent pas les critères d’intégration dans ces deux corps profiteront d’une réinsertion socioprofessionnelle», a indiqué le Général Poudiougou.

Evoquant les avancées réalisées, Gabriel Poudiougou dira que le travail abattu par les différentes commissions a permis d’amener les groupes armés à se parler. Les perspectives restent donc bonnes pour la mise en œuvre intégrale de l’Accord pour la paix et la réconciliation.   

Lors de la signature de l’accord de paix et de sécurité issu du processus d’Alger, les parties ont exprimé la nécessité de la création d’un cadre pour une meilleure réalisation de sa mise en œuvre. Plusieurs commissions ont vu le jour dont la commission nationale de désarmement, démobilisation et réinsertion (CNDDR) présidée par Zahabi Ould Sidi et la commission d’intégration dirigée par le Général Poudiougou.

Oumar Alpha

Related Posts

Laisser un commentaire