Culture

FAIVA 2019 : Mama Toumany Koné et Bibi Samaké font danser le terrain ‘’Chaba’’

Comme c’est le cas depuis deux ou trois éditions, le Festival Africain d’Images Virtuelles Artistiques (FAIVA), c’est aussi la comédie et de la musique à travers les concerts. Pour l’édition 2019, en plus des rappeurs maliens en herbe, Mama Toumani Koné et Bibi Samaké ont été mis à contribution pour apporter une note particulière à l’édition de cette année.

Du 10 au 13 janvier 2019, le terrain Chaba de Lafiabougou a connu une animation  particulière. La population qui venait tous les soirs a eu l’opportunité d’apprécier des projections de vidéos d’art, notamment des œuvres qui mettent en scène des « réalités augmentées ». Mais, à côté de ces projections, tout ce que Bamako compte de jeunes rappeurs de talent, ont rivalisé d’ardeur pour tenir le public en haleine.

Des artistes d’envergure nationale, qui commencent à s’imposer sur la scène internationale comme petit Goro et Hawa Maïga, ont animé le premier jour du festival. Mais, la dernière nuit de la manifestation (samedi 13 janvier 2019) a enregistré les prestations de Mama Toumani Koné et Bibi Samaké.

Pour sa prestation de cette soirée de clôture du FAIVA 2019, en l’absence de son joueur de guitare Bass et de Taman, Bibi Samaké a été accompagnée sur scène par un joueur de Kamélé N’goni et un joueur de calebasse. Malgré que le groupe « Sikadié » de Bibi Samaké n’était présent qu’à moitié, ce fut une prestation de grandes dates. Dans une parfaite fusion avec le public de Lafiabougou, Bibi Samaké a proposé trois morceaux de son répertoire. « Folo », « Aya Fô » et « Wari », qu’elle a décliné en « paix », sont les trois chefs d’œuvres de cette artiste bourrée de talent que Lafiabougou a appréciée.

Ce fut ensuite le tour de Mama Toumani Koné de mettre le feu aux poudres. Dans son style dont elle est la seule à en détenir les secrets, cette artiste malienne a prouvé ce soir-là qu’elle a tété à une bonne source. « Kanougnogoma » et « Demisew », sont deux de ses œuvres qui ont été proposées au public, qui est pratiquement resté sur sa faim, tant la prestation de 30 à 45 minutes est vite passée.

Et, comme tout ce qui commence bien fini bien, FAIVA 2019 a continué pour prendre fin avec la prestation des jeunes rappeurs talentueux de Bamako.

Assane Koné

Follow Me:

Related Posts

Laisser un commentaire