Société

Conflits au Centre du pays : Tabital Pulaaku exige la dissolution de la milice ‘’Dana Ambassagou’’ !


Samedi au Palais de la culture Amadou Hampâté, à travers un meeting d’information, l’association des amis de la culture peulh au Mali (Tabital Pulaaku), est monté au créneau pour exprimer son mécontentement, face à ce qu’elle appelle : ‘’le massacre des peulhs’’ au Centre du pays.  Au présidium, aux côtés du président national de ‘’Tabital Pulaaku’’ M. Abdoulaye Aziz Diallo, on notait la présence entre autre du président de Haut Conseil Islamique,  l’ imam Mahmoud Dicko et de nombreuses personnalités. Comme doléance exprimée lors de ce méeting cette association exige la dissolution de la milice ‘’Dana Amassagou’’.

Dans la salle Bazoumana Cissoko, où s’est tenu ce meeting, sur les banderoles et  pancartes on pouvait lire des messages, tels : ‘’Halte au génocide peulh’’, ‘’Arrêtez le massacre’’, ‘’Nous ne sommes pas des terroristes’’,  ‘’Non  à la sous-traitance de la sécurité’’, ‘’Nous exigeons le désarmement sans délai de toutes les milices’’… Cela pour dire que ce meeting était bien celui de protestation au regard de la situation qui sévit dans les régions et localités du centre du pays.

Pour planter le décor, le public a eu droit à une projection de film relatif aux sévices et meurtres des populations du centre, dont des Peuhls.

A l’entame de son propos le président  national du ‘’Tabital Pulaaku’’ a affirmé que ce meeting d’information, dénommée journée de la colère   a été organisé pour s’ériger contre l’immobilisme ambiant de l’Etat face à l’intolérable et  pour dénoncer, proposer et exiger face à l’insécurité qui semble s’installer à demeure.

L’occasion pour lui de rappeler que depuis les malheureux évènements de mars 2012, le peuple malien vit en martyre. Avant d’ajouter que la vie des populations est rythmée par l’énumération : «  des exactions, des persécutions, arrestations et détentions arbitraires, des assassinats ciblés encouragés ou tolérés par les autorités ». Ce n’est pas tout, il évoquera dans la même veine, le cas des villages rayés de la carte du Mali, de populations poursuivies, traquées, chassées de leurs villages et spoliées de leurs terres. De même que des familles déplacées qui vivent dans des conditions infrahumaines, de services sociaux de base fermés, de troupeaux enlevés de biens matériels volés saccagés, dit-il avec  colère.

Selon lui face à ce drame, son  association a mobilisé ses membres pour apporter le soutien et le réconfort aux populations.

« Seule ou en collaboration avec d’autres associations, nous avons rencontré tous les Premiers ministres et les membres du gouvernement en charge  des questions de la  défense et de sécurité pour remettre des rapports des mémorandums pour dire attention ,la situation sécuritaire se dégrade dangereusement et que la communauté peulh qui est présente partout au Mali est en train d’être utilisée pour créer des conflits » a rappelé M.Diallo.

 Parlant les faits que la communauté peulh ont subi ces derniers temps, en sa qualité de président de Tabital Pulaaku, il dira qu’on assiste à des massacres en série dans la région de Mopti. « Cela à cause de la sous-traitance de la sécurité des populations, à des corporations non attitrées, à des milices ethniques bambaras et dogons » affirme Abdoulaye Aziz Diallo.

Il dira aussi que son association exige au gouvernement la fermeture des camps d’entrainement et les bases des milices, la dissolution de la milice criminelle et terroriste ‘’Dana Ambassagou’’.L’arrestation et la poursuite devant les juridictions compétentes des assassins et de leurs complices et l’accompagnement alimentaire, humanitaire et économique des victimes de la crise.

« La protection des personnes et leurs biens est une mission régalienne de l’Etat, il se doit de l’assumer avec responsabilité dans l’équité et avec fermeté » a conclu le président de Tabital Pulaaku.

Par Fatoumata Coulibaly



Follow Me:

Related Posts

Laisser un commentaire