CINEMA Culture

FESPACO 2019 : 165 films sélectionnés

Face aux professionnels du 7ème art et aux hommes de médias, la délégation générale du FESPACO a dévoilé la sélection complète  de la 26e édition, ce vendredi 25 janvier 2019. C’était dans la salle de conférence de RAN hôtel Somkieta à Ouagadougou.

165 films sur 1 000 inscrits ont été retenus pour la 26e édition du FESPACO, qui se tiendra du 23 février au 3 mars 2019. 124 pour la compétition officielle et 79 hors compétition.

En compétition, 20 films en long métrage fiction sont en lice pour l’ « Etalon d’or », 21 films documentaires en long métrage, 28 films en court métrage fiction, 15 documentaires en court métrage fiction, 12 séries télévisuelles, 16 films d’écoles africaines de cinéma et 12 films d’animation.

Pour la projection des films, 9 salles de cinéma à travers la ville de Ouagadougou seront ouvertes.

L’innovation dans la diffusion est aussi,  selon le Délégué général du FESPACO Adiouma SOMA, de « revenir aux fondamentaux du festival pour amener le cinéma, les cinéastes dans les quartiers périphériques de la ville de Ouagadougou ».

Pour ce faire, un partenariat a été noué avec les associations du cinéma numérique ambulant du Niger, du Cameroun, du Bénin et celle du Burkina pour, dit-il,  « afin qu’une large majorité des festivaliers puissent suivre le maximum de films … et  que les cinéastes puissent véritablement aller à la rencontre de leur public».

Autre activité au programme du festival est le colloque sur le thème de ce cinquantenaire qui est « mémoire et avenir des cinémas africains ». Pour le responsable de ce volet de rencontre, Gaston KABORE,  le thème servira de colonne vertébrale à la structuration d’une réflexion pour à la fois tirer un bilan des 50 ans passés, mais aussi pour ouvrir les pistes d’une nouvelle période de 50 ans au moins. Mais il sera aussi question de poser les réflexions sur les nouvelles formes d’économie de production de diffusion de films.

Cette conférence de presse était placée sous la présidence du ministre de la culture, des arts et du tourisme, Abdoul Karim SANGO, excusé par le président du comité d’organisation, Yacouba TRAORE. Ce dernier a quant à lui souligné que le challenge est de  « réussir l’organisation du cinquantenaire du FESPACO qui coïncide avec la 26ème édition ».

« Du reste, vous remarquerez que le cinéma burkinabè est lui-même un défi. Si nos ainés, nos pères et nos grands-pères, je pense à Sangoulé Lamizana, à Marc Garango, à François Bassolé, Alimata Salembéré, Sembène Ousmane, Timité Bassory, tous les premiers cinéastes qui étaient à la première édition, s’ils ont réussi à porter sur ses fonds baptismaux le festival du cinéma de Ouagadougou, il n’y a pas de raison que nous  ne puissions pas relever le défi de l’organisation du cinquantenaire de ce festival », dit-il .

Yacouba Traoré, pour terminer a affirmé que « ce qui se prépare aujourd’hui, c’est confirmer Ouagadougou dans sa place de plaque tournante du cinéma africain, dans son rôle de leader, de pays phare du cinéma africain, et pour ce faire, nous avons besoin de tout le monde».

SOURCE: FESPACO

Farafinet Media

L'actualité africaine, par les africains du continent.
Follow Me:

Related Posts

Laisser un commentaire