Politique

DECRISPATION POLITIQUE : Le gouvernement d’union nationale serait un arrangement aux dépens de la démocratie

Un gouvernement d’union nationale pour sceller la décrispation du climat politique ! L’idée se murmure ces derniers jours dans les “grins” et les lounges VIP de Bamako. La rumeur a commencé à circuler fin 2018 et elle a été confortée par la rencontre entre le RPM et l’ASMA-CFP, puis celle du Premier ministre avec le chef de file de l’opposition, Soumaïla Cissé.

L’idée fait sourire certains proches de Soumaïla Cissé. «Continuez à rêver. Pas question de gouverner avec un régime de facto», a ironisé l’un d’entre eux. Pourtant, de nombreux observateurs y pensent comme une solution à la crise post-présidentielle. Dans les deux camps, ils sont aussi nombreux à ne pas systématiquement écarter une telle hypothèse.

Même si elle peut apaiser le climat politique (en permettant au régime de gouverner en paix et aux opposants d’avoir quelque chose à se mettre sous la dent), la formation d’un gouvernement d’union nationale n’est pas forcément dans l’intérêt du Mali. Et cela, d’autant plus que, dans une démocratie, les rôles sont clairement définis.

En effet, pour le bon fonctionnement, la bonne gouvernance, l’exécutif doit être soumis à un autre contrôle que celui de l’Assemblée nationale, surtout que le pouvoir y est largement majoritaire. Il faut un autre contrôle citoyen (société civile) et politique (opposition démocratique et républicaine). Et déjà, avec une société civile en déconfiture depuis des années, si l’opposition doit se fondre dans la majorité, on peut légitimement craindre le laisser-aller dans la gestion du pays.

«La succession des évènements est souvent impitoyable et le passé devrait être une source d’inspiration pour tous», écrivait un doyen de la presse, Sidi Coulibaly, dans une chronique publiée il y a un peu plus de 4 ans.

La gestion consensuelle prônée par le président Amadou Toumani Touré dit ATT est en partie responsable de la décadence sociopolitique et morale qui a entraîné le Mali au bord du chaos actuel. «Nous avions vu les limites du Consensus de mon pater (ATT) et le chaos qui s’en est suivi. Ce que nous vivons aujourd’hui est la conséquence directe de cette gestion consensuelle du pouvoir dans laquelle personne n’est responsable de rien», rappelle courageusement une jeune femme leader politique proche de la majorité. «Que chacun assume ses choix politiques et respecte sa charte des valeurs», conseille-t-elle lorsque nous avons posé la question sur les réseaux sociaux afin de susciter le débat.

Assumer sa mission de contre-pouvoir

Ils ont d’ailleurs été nombreux à penser qu’un tel attelage (gouvernement d’union nationale) se fait surtout au détriment du peuple. «Il y a des soi-disant opposants qui n’ont plus rien à manger chez eux comme beaucoup de Maliens. Il faut inventer le gouvernement d’union nationale pour généraliser le JE MANGE et opprime encore un peu plus le bas peuple», a dénoncé une jeune activiste. Un avis bien partagé par beaucoup d’interlocuteurs. Et, ce, d’autant plus que le Mali a déjà vécu cela.

Il est alors souhaitable que «les intelligences convergent pour nous trouver des solutions politiques qui soient à la hauteur de la valeur des hommes qui sont dans la contestation dans tous les camps, sinon ce serait une prime de plus à la rébellion». Déjà que le front social l’a compris : les compromis seraient dans ce cas difficiles, chacun voulant faire le maximum de bruit pour se faire entendre et se faire prendre au sérieux !

Pour nos interlocuteurs, la meilleure formule de décrispation est celle permettant de trouver «une meilleure solution de sortie de crise qu’un gouvernement où on essaiera de caser les uns et les autres». A leurs yeux, «les gouvernements dits d’union nationale favorisent la corruption à grande échelle, les surfacturations, le clientélisme et la promotion de l’incompétence».

Si l’opposition doit mettre beaucoup d’eau dans son vin en mettant fin à la contestation de la réélection du président Ibrahim Boubacar Kéita, elle doit continuer, néanmoins, à jouer pleinement son rôle de veille démocratique. Car, dans une vraie démocratie, l’opposition est un contre-pouvoir incontournable pour éviter que la majorité, une fois au pouvoir, n’aie «la tentation de mener une politique portant atteinte aux droits et libertés». Pour cela, elle dispose de différents moyens, dont la mise en cause de la responsabilité gouvernementale devant l’Assemblée nationale par la motion de censure, les questions orales…

Remporter les prochaines législatives pour contraindre IBK à la cohabitation

L’opposition participe aussi à l’existence du pluralisme politique qui est l’une des bases de la démocratie. Il est en tout cas clair que son rôle y est essentiel. Un rôle qu’elle ne peut hélas jouer qu’en assumant son statut quels que soient les contraintes sociopolitiques et les déboires professionnels. C’est pourquoi  d’ailleurs le Mali a conféré un véritable statut à l’opposition (à l’image de grandes démocraties comme la Grande-Bretagne) et a érigé la fonction de chef de l’opposition en fonction officielle.

La vraie ambition de l’opposition, si elle veut réellement s’impliquer dans la gestion des affaires et améliorer la gouvernance, c’est de se battre pour avoir la majorité dans la future assemblée nationale afin de contraindre IBK à la cohabitation. Et ce n’est pas en perdant le temps dans une contestation puérile ou en obligeant Koulouba à élargir le gouvernement à ses membres qu’elle y parviendra.

Mais elle doit œuvrer à assurer et rassurer les Maliens par un nouveau discours politique afin de pousser les citoyens éventuellement mécontents de la gouvernance ces dernières années à disposer d’un recours et à pouvoir miser sur une alternative crédible.

A notre humble avis, c’est beau de se cramponner sur la révision constitutionnelle comme bouée de sauvetage de la démocratie après près de trois décennies de pratique. Il faut aussi reconnaitre que le Mali ne serait pas aujourd’hui au bord du précipice si nos dirigeants savaient réellement tirer tous les enseignements de l’exercice passé du pouvoir.

La politique sans prise de conscience et sans conviction ne peut que ruiner une nation ! Former un gouvernement d’union nationale serait comme tomber les pieds joints dans le piège de la gestion consensuelle du pouvoir. Et nous savons tous aujourd’hui quel est le prix à payer pour une telle gestion !

Hamady Tamba

Related Posts

Laisser un commentaire