Société

INÉGALITÉS DANS LE MONDE : Oxfam s’indigne de l’extrême pauvreté de la moitié de la population

La moitié de la population moniale vit en deçà du seuil de pauvreté, soit avec moins de 500 FCFA par jour, dénonce l’ONG anglaise, dans un rapport rendu public le 21 janvier dénommé ‘’ Services publics ou fortunes privées?’’. Au même moment, la fortune des nantis a augmenté de 800 milliards de dollars.

Selon Oxfam, cette situation a favorisé des phénomènes comme la déscolarisation des enfants, les problèmes de santé, etc. Le rapport indique que la situation des inégalités dans le monde au cours de l’année 2018 a vu la concentration des richesses entre les mains des plus riches du monde au détriment de la population la plus pauvre qui a vu sa richesse chuter.

Dans ce rapport alarmant, il ressort que durant cette année, les milliardaires du monde ont vu leur fortune augmentée de 800 milliards de dollars, soit 2,5 milliards de dollars par jour. Or, en Afrique subsaharienne, l’extrême pauvreté s’est beaucoup plus accentuée. Celle-ci touche 3,4 milliards de personnes, note-t-on dans ce rapport qui précise que moins de la moitié de la population vit avec moins de 5,50 dollars par jour. Les 50% des richesses mondiales sont détenus par les hommes. Toute chose qui crée un fossé entre les riches et les pauvres. Cela empêche l’éradication de la pauvreté et rend l’égalité entre les femmes et les homes impossible.

Oxfam estime que les services publics de base notamment l’éducation et la santé ne sont pas disponibles de façon équitable pour tous les citoyens dans le monde. Aussi, le coût humain de ces inégalités s’évalue à 262 millions d’enfants non scolarisés, au décès de près de 10 000 personnes faute de soins sanitaires, à l’exécution de 16,4 milliards d’heures de travail non rémunéré effectuées dans la majeure partie des cas par des femmes pauvres. Pendant que cette majorité croupit sous le poids de la pauvreté, la fortune des milliardaires s’accroit pour atteindre 900 milliards de dollars en 2018, soit 2,5 milliards de dollars par jour, indique le rapport qui précise que la richesse de la moitié la plus pauvre au sein de la population mondiale a chuté de 11%.

Comme cause de cette inégalité depuis la crise financière de 2008, le rapport mentionne, entre autres, le taux bas d’imposition dont bénéficient les élites fortunées et les grandes entreprises.

« Entre 2017 et 2018, on dénombrait un nouveau milliardaire tous les deux jours », indique Oxfam pour expliquer ensuite que le propriétaire d’Amazon, Jeff Bezos, qualifié d’être l’homme le plus riche du monde, a vu sa fortune atteindre 112 milliards de dollars en 2018.

« …Les citoyens ordinaires qui participent à la prospérité de l’économie s’appauvrissent au profit de l’enrichissement des comptes bancaires des milliardaires », déplore dansce rapport Nick Hanauer, entrepreneur et investisseur en capital risque avant de préciser : « Cette société exclusive et hautement inégalitaire qui se construit autour de l’extrême richesse d’une minorité peut paraître solide et inébranlable à l’heure actuelle, mais elle finira par s’effondrer. Les fourches finiront par sortir et le chaos qui s’ensuivra n’épargnera personne, ni les riches comme moi ni les plus pauvres qui sont déjà laissés-pour-compte. » De son côté, Nellie Kumambala, enseignante dans le secondaire au Malawi, donne également ces impressions sur cette situation dans ce rapport : « Ce rapport d’Oxfam m’a fait découvrir l’ampleur du fossé entre les riches et les pauvres dans ce monde, combien de richesses sont détenues par une poignée d’élites, alors que la grande majorité se partage si peu. Comment Dieu peut-il tolérer une telle injustice ? Je paie des impôts chaque mois sur mon maigre salaire. Je ne comprends pas pourquoi celles et ceux qui ont tout manquent à leurs obligations fiscales alors qu’elles sont censées participer au financement du développement ».

Pour endiguer la situation, Oxfam recommande: l’accès aux services publics universels; prendre des mesures contre les inégalités extrêmes afin de façonner un monde plus juste, plus sain et plus harmonieux pour toutes et tous, et pas seulement pour une minorité; fournir des soins de santé, une éducation et d’autres services gratuits et universels à tous; décharger les femmes des millions d’heures de travail non rémunérées qu’elles consacrent chaque jour au soin de leur famille et de leur foyer ; mettre un terme au nivellement par le biais de l’imposition des entreprises et des individus fortunés en taxant la richesse et le capital à des niveaux équitables.

L’ONG pense que ces mesures permettront de scolariser les 262 millions dans le monde, note le rapport qui indique également qu’elles permettront de proposer des soins de santé pouvant conduire à sauver la vie de 3,3 millions de personnes.

Mariétou DOUCOURE

Follow Me:

Related Posts

Laisser un commentaire