Economie Société

VENTE DE BOISSONS NON AUTORISEES AU MALI : Quand le promoteur du « Jus Kiyou » panique et verse dans l’intimidation

Produit et commercialisé par la société SOMABAL. SA, la marque de boisson Kiyou  n’a pas d’autorisation de commercialisation. Portant, elle existe depuis six mois.

« Il n’y a pas de boisson naturelle sur le marché malien», affirme le Promoteur de la société de fabrication de la boisson Kiyou, Mohamedoun Cheickna.  Selon lui, il y a trois autres produits qui ont été lancés après le sien. Donc, il ne comprend pas pourquoi son produit attire l’attention et pas les autres. Il estime que cette boisson,  tout comme les autres, est fabriquée dans toutes les catégories de fruits (orange, ananas, pomme, etc.). Et pour couronner le tout, le paquet de cette boisson renferme quinze (15) bouteilles.  Au sujet de l’autorisation de commercialisation de ladite boisson, Mohamedoun Cheickna ajoute qu’il n’y aucun texte qui l’interdit de poursuivre son projet avant d’avoir sa décision de mise sur le marché. Ce, malgré qu’il affirme n’avoir pas encore déposé sa demande.

« C’est l’Agence nationale de la sécurité sanitaire des aliments (ANSSA) qui convoque la  commission qui statue sur les produits. Cette commission se réunit  généralement  deux fois par an au Mali.  Cette commission ne se réunissant que deux fois en 365 jours, j’aimerai avoir le texte qui m’empêche de continuer pour faire face aux charges du projet. Je suis dans la procédure, dans des  investigations pour réunir les dossiers nécessaires», affirme-t-il. L’homme soutient n’avoir rien à cacher. Et pourtant, concernant la qualité et la composition de son produit, il avoue que cela relève d’un secret entre lui et son laboratoire.

« Je n’ai absolument rien caché. La qualité fait trop peur aux soi-disant groupes de marchés qui ont réussi à faire peur à la jeunesse malienne d’investir et de créer de l’emploi», dit-il.

Il affirme ensuite que les informations qui doivent figurer sur l’étiquète du produit ne sont pas forcément intégrées dans le produit. Car, les boissons se font par formulation. Il avoue qu’en dehors d’un excellent chimiste, personne ne peut détecter les anomalies du produit.  Curieusement, l’homme qui dit n’avoir rien à cacher affirme : « j’ai un laboratoire interne, moderne, qui me permet de faire toutes les analyses physico-chimiques et bactériologiques. Le jour où je vais aller loin, je citerais mon fournisseur ; c’est un secret entre lui et moi. Ma boisson provient d’Europe,  avec des analyses européennes. Je ne suis pas en train de faire du n’importe quoi ; je suis professionnel,  je fais un produit professionnel », affirme l’opérateur économique. Par la suite, il tombe dans l’intimidation et les menaces. « Vous n’avez pas le droit de m’appeler et me faire un interrogatoire en tant que journaliste. Vous ne pouvez pas utiliser [entendez écrire, ndlr] ce que je vous ai dit. C’est du harcèlement moral que vous faites. Suis-je un bandit pour être interrogé ? Vous ne connaissez pas mon adresse ? Il fallait m’adresser une correspondance officielle. Vous allez écrire votre article, c’est votre travail. Le mien viendra juste après», lance-t-il.

Pour sûr, la boisson Kiyou est sur le marché depuis bientôt six mois et sans autorisation aucune.

Harber MAIGA

Follow Me:

Related Posts

Laisser un commentaire