Politique

DECRISPATION DU CLIMAT POLITIQUE : Le coup de fil du président IBK à Soumaïla Cissé pourra-t-il baisser la tension politique ?

Malgré une cessation temporaire des marches de contestation, force est de reconnaitre que l’opposition politique malienne conteste toujours la réélection du président Ibrahim Boubacar Kéita. Et cela en dépit de la main tendue du président de la République au chef de file de l’opposition,  honorable Soumaïla Cissé. Est-ce que le récent entretien téléphonique entre les deux hommes servira à décrisper ce climat sociopolitique tendu entre l’opposition et la majorité ?

Entamées au lendemain de la réélection d’Ibrahim Boubacar Kéita à la magistrature suprême, les contestations de l’opposition politique continuent de plus belle malgré une cessation temporaire des marches pour réclamer le départ d’IBK de Koulouba. En effet, l’opposition estime toujours être le véritable vainqueur de la présidentielle 2018. La situation économique difficile du pays et les revendications de plusieurs organisations syndicales, souvent très exigeantes, ont aussi contribué à aggraver le climat sociopolitique national.

Pour ainsi pallier toutes ces exigences et apaiser le climat social très tendu, les plus hautes autorités ont entrepris un certain nombre d’initiatives comme la main tendue du président Ibrahim Boubacar Kéita au chef de file de l’opposition afin d’engager un dialogue avec l’opposition.

Mais, malheureusement, Soumaïla Cissé, continue à snober cette main tendue du président de la République car doutant de sa sincérité. Aussi, les négociations entreprises par le Premier ministre Soumeylou Boubèye avec l’opposition qui devrait aboutir à un gouvernement d’union nationale n’ont pas encore produit d’effets.

On sait aussi que le sujet qui divise  le plus les acteurs politiques voir même de la société civile aujourd’hui, reste les reformes constitutionnelles et institutionnelles attendues à partir de mars 2019. Aussi dans cette bataille contre le pouvoir, l’opposition politique se voit-elle confortée par une fronde des populations pas forcement politiques. Un front ouvert par plusieurs leaders religieux qui n’ont pas hésité à placer la barre plus haut en exigeant la démission du Premier ministre Soumeylou Boubèye.   

Allant au-delà de la main tendue, IBK a fait preuve d’une grande humilité en prenant l’initiative d’appeler son frère cadet Soumaïla Cissé au téléphone samedi dernier (16 février 2019). Un pas décisif et patriotique franchi dans le sens de l’apaisement et de la réconciliation nationale.

Ce coup de fil du président de la République au chef de file de l’opposition pourra-t-il décrisper le climat politique là ou les autres tentatives ont pour le moment  échoué ? Ce qui est sûr, le consensus est indispensable pour mener à bien les reformes envisagées dans l’intérêt du Mali. Soumaïla Cissé aura-t-il enfin l’élégance politique de saisir cette opportunité pour permettre à l’opposition et à la majorité de nouer le vrai fil du dialogue et permettre au Mali d’avancer face à ses nombreux défis ?

Cela ne peut en tout cas que le grandir aux yeux de l’opinion  nationale. Et chacun d’entre nous doit réellement méditer sur cette partie du Message adressé aux Aiglons après leur victoire ne finale de la 21 CAN U20 à Niamey (Niger) : «Etre Malien, c’est avoir le Mali dans le cœur, dans la tête à tout instant de sa vie et pour le meilleur» !

Oumar Alpha

Related Posts

Laisser un commentaire