Politique

OUMAR IBRAHIMA TOURE SUR LE PLATEAU DE RENOUVEAU TV : « Si l’on veut avancer, il faut laisser l’arrogance et l’orgueil »

Le président du parti Alliance pour la République (APR), Oumar Ibrahima Touré, était l’invité de l’émission ‘’Le Grand Jury’’ de Renouveau TV. Sur le plateau, ce jeudi, il a réaffirmé la bonne santé de son parti et a donné son point de vue sur les grandes questions concernant la vie de la nation.

« Si l’on veut avancer, il faut laisser l’arrogance et l’orgueil », indique-t-il, parlant de la décrispation de l’atmosphère politique. Selon lui, aujourd’hui, tous les ingrédients sont réunis pour rassembler les Maliens. Le président Touré pense qu’un dialogue inclusif pour l’intérêt de la nation est une nécessité. Car, on ne peut pas être dans une démocratie normale (opposition-majorité) compte tenu de la situation actuelle du pays. Il pense que c’est d’ailleurs le sens de toutes les rencontres et les concertations actuelles dans le but de ramener tout le monde au sein de la République. A ce titre, le président de l’APR soutient que le cadre de concertation national proposé est le plus inclusif possible, avec toutes sensibilités de la nation.

La refonte du paysage politique

Oumar Ibrahima Touré estime que tous les partis politiques du Mali, dans la grande majorité, partagent des idéaux et des valeurs socialistes. Donc, pour lui, il ne doit pas y avoir de grandes difficultés à se retrouver au sein d’une famille. Selon lui, il est envisageable de créer de grands regroupements avec les partis qui partagent les mêmes visions et idéologies comme cela se fait ailleurs. Quant à l’APR, il affirme sa disponibilité et son ouverture pour un dialogue dans ce sens. Aussi, déplore-t-il ce qu’il qualifie de « crise de croissance » au sein des partis. Parce que, estime-t-il, il est temps que les partis ne s’apparentent plus à une seule personne; chose qui  conduit à une idéologie de patrimoine personnel et des dissensions internes se créent. Cela conduit à des cassures.

Le front social

Devant l’ébullition du front social avec des grèves intempestives, M. Touré dit encourager le gouvernement à prôner le dialogue avec tous les acteurs concernés et trouver des solutions idoines dans le cadre du respect des limites des moyens disponibles. Le président de l’APR ne se veut pas un va-t-en guerre. Pour lui, toutes les guerres du monde se sont soldées autour d’une table. Dans le cas du Mali, il mentionnera que ce n’est pas au-dessus des moyens. Car ce pays est fondé sur des valeurs culturelles auxquelles rien ne saura résister. Le président du parti du perroquet pense que dans ce sens, le gouvernement fait de grands efforts dans la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale issu du processus d’Alger. Mais aussi de la crise du centre du pays. Répondant au journaliste, il dira que pour lui, un accord est toujours mieux que la nécessité du pouvoir des armes dans la résolution d’une crise.

Rapport religieux-politiques

Le président de l’APR évoquant les récents événements concernant les rapports entre les politiques et les religieux soutient que ces derniers sont des acteurs de la paix, du dialogue et du développement et doivent rester comme tels. Il leur reconnait un rôle consultatif comme toute autre force vive de la nation. Concernant les derniers événements, il pense que le gouvernement a perçu le sens et mesure toute la portée et le poids de cette couche. Le politique estime que ce sont les petites crises qui donnent naissance aux grandes, lorsqu’elles sont mal gérées. Il réitère son appelle à laisser de côté l’arrogance et l’orgueil pour avancer.

Toujours sur la même situation, il révèle que les dissensions entre les leaders religieux n’ont rien de politique, mais qu’il s’agit tout simplement des Maliens qui expriment leurs opinions sur la vie de la nation.  Cependant, le président de l’APR dira aussi qu’il est temps que les hommes politiques tirent des leçons de leurs rapports avec les leaders religieux et de revoir leurs stratégies dans les périodes électorales.

L’APR, une force de propositions au sein de l’EPM

« L’APR n’a de complexe devant personne, malgré son jeune âge », affirme son président. Pour lui, son parti est loin d’être un parti conformiste au sein de l’alliance EPM au sein de laquelle il constitue une force de propositions et d’actions.

Rappelant le parcours de l’APR, Oumar Ibrahima a souligné que depuis sa création, il a enregistré des avancées significatives. Le parti a participé à toutes les élections et a engrangé des succès. Aujourd’hui, l’APR, dit-il, compte dans ses rangs 240 conseillers municipaux et un élu à l’Assemblée nationale.

Mariétou DOUCOURE

Follow Me:

Related Posts

Laisser un commentaire