Santé et Médecine

Syndicat Autonome des Pharmaciens d’Officine Privée du Mali (SYNAPPO) : Réflexions sur les défis et les perspectives du RAMU !

Le  jeudi 21 s’est tenu au Centre International de Conférences de Bamako (CICB ) la 12ème édition de la journée scientifique du Syndicat Autonome des Pharmaciens d’Officine Privée du Mali (SYNAPPO). L’ouverture des travaux était présidée par le ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique, Pr Samba Ousmane Sow,  avec à ses côtés le ministre de la Solidarité et de l’Action Humanitaire, Hamadoun Konaté, le président de SYNAPPO, Dr Cheick Oumar Dia et le président de l’Ordre des pharmaciens du Mali, Dr Alou Badra Wade.

Le thème retenu pour  cette 12ème édition était :« Régime d’Assurance Maladie Universelle : défis et perspectives Â».

Pour le président de SYNAPPO le contexte aidant, la pratique de la profession pharmaceutique évolue, et c’est pourquoi,  son bureau a jugé opportun  de traiter ce thème. Cela pour la simple raison qu’ils sont dans le devoir d’attendre de chacun des composants des  nouveaux concepts,  tels que, l’ANAM, l’Unité Technique  de la Mutualité Malienne, l’INPS et la CMSS, des clarifications et des directives, pour une réponse adaptée aux variations et changements de leur différents systèmes de santé, aux exigences des populations, de plus en plus conscientes de leur droit et à l’équité dans l’accès aux soins de base.

Dr Cheick Oumar Dia de préciser que c’est dans ce cadre que  le SYNAPPO s’engage solennellement à établir,  soutenir et promouvoir le partenariat public-privé, pour garantir la disponibilité et l’accessibilité des produits de santé de qualité, pour une couverture de santé universelle. « Cette position particulière, nous donne de nouvelles tâches et responsabilités que nous devons maitriser afin d’être à la hauteur de souhait dans cette nouvelle mission, qui j’en suis sûr, apportera une contribution importante pour rendre notre système de santé plus performant Â» a-t-il déclaré tout en craignant que cette nouvelle réforme ne soit une source supplémentaire de difficultés de trésorerie pour leurs entreprises. 

Selon toujours Dr Dia, en maitrisant l’évolution de ces dépenses de santé, on doit pouvoir répondre, aux exigences légitimes des concitoyens. Pour lui, le vote  de la réforme  par l’Assemblée nationale en sa séance du 13 décembre 2018,  les oblige à une  large  discussion au cours de la présente journée sur les modalités de mise en Å“uvre. Il  ajoute  que leur combat est,  celui de la préservation de la couverture médicale universelle.

En sa qualité du  ministre de  tutelle, Pr Samba Ousmane Sow  s’est réjoui de l’honneur qui lui a été offerte par le SYNAPPO.  Selon le Pr Sow,  la base de la médecine est la pharmacie et le  laboratoire, sans ces deux, dit-il, il n’y a pas de médecine. Par la suite, il  a félicité et encouragé toute la  corporation. De passage, il leur a  invité à prendre part à  l’atelier de réflexion sur la réforme de système de Santé au Mali qui se tiendra ce lundi 25 février, dans la capitale. Il a exprimé l’espoir qu’avec la volonté politique,  les revendications du secteur pharmaceutique privé feront l’objet d’une attention particulière de son département.

Il est à signaler  que le SYNAPPO a renouvelé ses instances au niveau de Bamako ainsi que dans les différentes régions du pays lors de son 6ème congrès  tenu le mercredi 20 février. Qui s’est soldé par  la réélection de Dr Cheick Oumar Dia à la tête de SYNAPPO  pour  un mandat de 5 ans.

Par Mariam SISSOKO

Follow Me:

Related Posts

Laisser un commentaire