Religion et Croyances

La «Baya» pour réaffirmer sa foi musulmane

«Ashhadu ‘an lâ illâha illâ-l-lâh, wa-‘ashhadu ‘anna Muḥammadan rassûlu-l-lâh» ou «J’atteste qu’il n’y a pas de divinité en dehors de Dieu et que Muhammad (PSL) est le messager de Dieu» ! C’est la Chahada ou Shahâda (profession de foi de l’islam, dont elle constitue le premier des cinq piliers), le serment qu’il faut prononcer pour rejoindre la communauté musulmane.

Elle est directement liée au tawhid, autrement au principe d’existence et unicité de Dieu. Mais, à Ançar Dine international, on estime qu’être musulman de naissance ne suffit pas et n’est pas une garantie de comportements conformes à la religion.

Et comme le rappelle souvent son Guide spirituel, Seid Chérif Ousmane Madani Haïdara, on peut se revendiquer musulman et être criminel ; on peut prier et tuer, violer ou commettre l’adultère… C’est en ce sens que la «Baya» (Bay‘a), pour ce courant religieux, représente une sorte de réengagement, de confirmation de la foi musulmane.

Effectuée publiquement, la «baya al-islamiyya», se compose de six serments : Je n’associerai rien à Allah ; je ne volerai jamais ; je ne commettrai pas l’adultère ; je ne tuerai jamais mes enfants ; je ne commettrai aucun déshonneur ni par les mains ni par les pieds ; je ne désobéirai jamais au prophète Muhammad (PSL).

Le fidèle ayant exécuté ce premier serment pourra, par la suite, effectuer une seconde «baya» appelée «Al-Rizwân» qui l’engage vis-à-vis de la cause de l’association Ançar Dîne international. «Allah est mon témoin ; le Coran est mon témoin ; le Cheikh est mon témoin ; vous les musulmans êtes mes témoins ; si je trahis la confiance du Maître, qu’Allah et le Coran abolissent mon avenir».

Après cette seconde « baya», chaque fidèle est tenu de verser une cotisation mensuelle. Ançar Dîne international revendique aujourd’hui des millions d’adeptes ayant accompli la Baya al-Rizwân.

M.B

Related Posts

Laisser un commentaire