Société

MAMADOU TOGO, PRESIDENT DE L’ASSOCIATION GINNA DOGON : « Les Occidentaux veulent diviser le Mali comme ils l’ont fait avec le Soudan »

Le président de l’association Ginna Dogon est très remonté contre les Occidentaux qu’il soupçonne de vouloir diviser le pays comme ce fut le cas avec le Soudan. Dans une interview, le vieux dogon appelle à une prise de conscience générale. Lisez plutôt !

Azalaï Express: Quelle est votre lecture de la situation au centre du Mali?

Mamadou Togo: Nous en tant que Ginna Dogon, une association culturelle, nous avons toujours œuvré pour la paix, pas seulement en 5e région, mais sur toute l’étendue du territoire national. C’est ce qui nous a amenés en 2012, quand même les mouches n’osaient pas aller à Kidal, à aller demander aux assaillants et aux habitants ce qui leur arrivait. Nous sommes partis pacifiquement  au nom de nos valeurs multiséculaires. Nous avons plaidé pour que la paix revienne dans la zone. Si aujourd’hui le hasard fait que c’est le Centre, d’où je suis originaire, qui est embrasé, il n’y a pas de doute que Ginna Dogon fera tout pour jouer à l’apaisement.

Il n’y a pas de raison d’aller appeler ceux qui sont loin de chez toi et que chez vous ça brûle, mais que vous n’intervenez pas, c’est incompréhensible.

Nous sommes donc pour la paix ; nous avons toujours été pour la paix et nous resterons toujours pour la paix. Ce qui se passe au Centre nous dépasse. Les gens parlent d’opposition Peuls-Dogons, ce qui n’est pas vrai. Il y a plutôt opposition Dogons-djihadistes.

C’est les djihadistes qui sont venus envahir la 5e région et les Dogons leur ont opposé une résistance. Si les Peulhs qui sont plus proches des djihadistes que les autres  pensent que c’est leur combat à eux, ça c’est autre chose, mais nous ne pensons pas comme ça.

Nous disons que des assaillants et des ennemis du pays sont venus pour détruire notre pays. Ainsi, nous devrons unir nos forces pour les chasser de notre territoire, mais au contraire, il y a des nationaux qui vont avec les envahisseurs. Ils seront considérés ainsi.

Quelle solution préconisez-vous ?

Quand les affaires ont commencé il y a eu beaucoup de missions a Koro (missions gouvernementale et non gouvernementale), mais la seule fois ou le Premier ministre était à Koro avec une forte délégation, j’ai dit quand on m’a passé la parole que les Peuls ne savent pas pourquoi ils nous attaquent et nous Dogons on ne le sait pas non plus, mais quand nous sommes attaqués nous nous défendons. Ainsi, pour que tout cela cesse, nous invitons les Peuls à rejoindre les Dogons et ensemble, pour combattre l’ennemi.

Ce discours est d’actualité et c’est cela  qu’il faut mettre en œuvre pour la paix si des gens ne sont pas complices de ce qui se passe.

Au départ, les Peuls n’étaient pas très actifs dans ce conflit, mais maintenant ils y ont pris goût et je ne sais pas pourquoi.  Ils ont même prémédité que les Dogons ne cultiveront pas cette année, et ça été le cas,; tous les Dogons qui ont été isolés en partant aux champs ont été abattus, donc une volonté massive d’affamer toute une population.

Nous avons interpellé l’Etat pour donner à manger à la population, pour sécuriser les personnes et leurs biens, cet Etat ne fait que mener des actions très timides. Nous avons dit au Président de la République qui nous a reçus à Koulouba que nous savons où se trouvent les djihadistes en lui indiquant le lieu. S’il y avait une volonté de nettoyer la zone, on ne serait pas la aujourd’hui.

Des gens disent que l’Etat craint un génocide mais quand vous êtes en guerre, il n’y a pas de génocide, il y a plutôt une autodéfense.

Que pensez-vous de la milice Dana Amassagou ?

Da Na Amassago, une association qui s’est constituée librement et volontairement sans l’appui de qui que ce soit. Ils nous ont précisé que cette association est là pour défendre la population qui est laissée à elle-même que leur rôle en tant que chasseurs c’est de défendre les localités contre les ennemis de quelle que nature que ce soit, et de protéger la brousse et son contenu parce qu’en plus d’être chasseurs, c’est des médecins traditionnels.

C’est en étant en brousse que les chasseurs ont vu les djihadistes et ils l’ont signalé à l’armée malienne pour que cette armée vérifie cela. Ce qui n’a pas été fait.

Les chasseurs ont donc été pris comme dénonciateurs et tués à leur tour, mais les Dogons chasseurs se sont bien organisés pour défendre leurs communautés, ce qui marchait bien.

Les malfaiteurs, après leur défaite, se réfugiaient dans des hameaux peuls qui les cachaient.  A leur tour, ils sont donc complices. C’est ainsi que beaucoup de personnes sont tuées à cause d’une seule personne.

Les alliés les plus connus des djihadistes, ce sont les Peulhs. D’ailleurs, les Peulhs contre les Dogons, les Peulhs contre les Bozos, les Peulhs contre les Bambaras, les Peulhs contre les Tamasheks. Comment est-ce qu’une seule ethnie peut se retrouver comme dénominateur commun dans tous les conflits ethniques.

Si ce n’était que dans une seule zone cela pouvait se comprendre, mais c’est dans la région de Mopti et dans une partie de la région de Ségou et encore dans une partie des régions du Nord que les Peulhs sont de connivence avec les djihadistes.

Soupçonnez-vous des mains invisibles?

Nous sommes déterminés à combattre l’ennemi de la nation. Des mains invisibles, il n’en manque pas. Nous pointons d’un doigt accusateur les pays occidentaux qui veulent déstabiliser la République du Mali.Leur rêve, c’était de diviser ce pays comme ils l’ont fait avec le Soudan.

Déjà en 1957, il y avait le plan machiavélique des Occidentaux de créer un Etat au Sahara là-bas en prenant une partie du Mali, du Burkina, du Niger et de la Mauritanie et en faire un Etat pour les Touaregs. C’est grâce a Modibo Keita que ce projet n’a pas été réalisé.

Mais comme les « Blancs » tracent les choses et suivent, ils pensent que le moment est venu de mettre en pratique tout ce qu’ils avait trafiqué et imaginé, d’où les rebellions alimentées par les Occidentaux.

L’idée de créer l’Azawad est un projet qui date depuis le temps de De Gaulle  que Modibo KEITA, avant même d’être président, a pu endiguer  et cela a été possible grâce à des vaillants soldats.

Les Occidentaux ont pensé que le moment propice est arrivé pour nous faire mal. C’est à nous Maliens qu’il revient d’agir.

Les « Azawadiens » ont leur drapeau et leur indépendance et tout ceci est perpétré par les « Blancs » à cause de nos ressources.

Le Mali est le pays le plus riche de l’Afrique, sinon du monde. Notre sous-sol contient toutes les matières premières, donc les Occidentaux veulent avoir une mainmise sur ce qui ne leur appartient pas.

Si on fait des explorations,  je suis sûr qu’au « pays dogon », on trouvera de l’or et du pétrole.

Nous nous opposons qu’un étranger vienne prendre le dessus sur nous dans notre propre pays. Nous nous opposerons à cela. Si l’Etat ne fait pas la population doit agir, c’est ce qui manque dans ce pays.

Par ailleurs, je suis Dogon mais mes enfants se sont mariés avec des Peulhs. Mes parents sont allés jusqu’à me demander pourquoi je ne donne pas mes enfants à des Dogons. Je leur ai dit que c’est aux enfants de décider. Je ne saurai leur imposer mon choix.

Donc, entre Peulhs et Dogons, il n’y a pas de problème, sauf s’il en y a qui tiennent les mains des Occidentaux. Donc, quand on tombe sur nous, on se défend et cela continuera.

Si jamais nous nous asseyons pour dire toute la vérité, nous allons nous retrouver et cette guerre prendra fin  parce qu’elle n’est pas la nôtre. Nous ignorons comment c’est arrivé.

Interview transcrite par DIAKO (stagiaire)

Follow Me:

Related Posts

Laisser un commentaire