Société

FANA, VILLE MARTYRE : Des assassinats mystérieux et jamais élucidés

A mi-chemin entre Bamako, la capitale malienne, et Ségou la capitale de la 4erégion, Fana est peuplée de 53.000 habitants. C’est une ville carrefour où vivent toutes les communautés du Mali. Du point de vue démographique, Fana est la ville qui connait le plus grand essor du Mali, après Koutiala, selon les statistiques du ministère de l’Administration territoriale. Le plus grand facteur d’accroissement est donc aux «venants d’ailleurs». Une preuve d’attractivité.

Mais, aujourd’hui, l’image de la ville est ternie par une succession d’assassinats qui teintent, chaque année la renommée de cette agglomération. Un des aspects les plus troublants et les plus inquiétants dans ces meurtres est que depuis les années 1980 à nos jours, aucun de ces assassinats n’a été élucidé. Et du coup, aucun assassin n’a été arrêté. Aucun,or la série est longue.

En 1986, un célèbre tailleur du quartier Guégnèka a été retrouvé,au petit soir assassiné par un fusil près du hameau dit Ouaranibougou à deux kilomètres de Fana. Aucun suspect n’a été arrêté à ce jour. En 1990, deux jeunes sont égorgésnuitamment dans leur sommeil devant le domicile de Souleymane Sangaré, réparateur de motos. Le ou les assassins courent toujours. En 1996, un jeune est retrouvé mort poignardé au petit matin par probablement un passant inconnu non loin du bar ‘’Amitié’’. En 1999, Emmanuel, un togolais propriétaire de bar est retrouvé assassiné non loin du ‘’Motel des Moulins’’, le mystère de sa mort demeure toujours. Mais une pause de 8 ans va suivre ce crime.

C’est donc en 2007 qu’à Warsala, un village distant de 2 km de Fana, un jeune d’une trentaine d’année a été retrouvé mort sur le goudron (la route nationale qui traverse le village). Il avait pourtant bavardé en famille avant de rentrer se coucher dans sa chambre.

Impunité totale

Une pause va suivre ce crime resté dans le mystère total puis, la série noire reprend son petit bonhomme de chemin. Les assassins étant assurés de l’impunité totale continuent leurs sales besognes.

C’est ainsi qu’en 2013, le fils de notre confrère Samagnana Bassi, Tiemoko Coulibaly va disparaitre mystérieusement. Toutes les actions de recherche ont échoué à le retrouver ou avoir des nouvelles, à ce jour. Les soupçons continuent à peser sur son patron Ousmane Sogoba.

Jusqu’à cette année 2013, tous les assassinats et disparitions ont concerné les personnes de sexe masculin et jeune d’âge. Un virage va être amorcé après cet intercalaire de disparition.

En effet en 2017 une femme folle et sa fillette de quelques années ont été retrouvées, tôt le matin décapitées toutes les deux dans leurs chambre. Les têtes n’ont pas été emportées mais le sang oui.

En 2018, la petite Albinos Ramata Diarra a été enlevée en pleine nuit chez ses parents. Elle a été retrouvée quelques heures plus tard égorgée, éventrée et certaines parties de son corps emportées.

Enfin, cette année 2019 verra tôt une femme peule et sa fille âgée de 16 ans décapitées, la nuit devant leur chambre en plein sommeil. C’était au quartier Badialan de Fana. La fille, avant d’être assassinée a été violée par le ou les assassins.

Tous ces assassinats restent entourésd’un épais mystère qui n’a jamais connu le moindredébat d’élucidation. Que dire face àcela ?

Amadou Tall avec Modibo Coulibaly

Related Posts

Laisser un commentaire