Politique

Rentrée parlementaire d’avril 2019 : 58 projets et propositions de lois soumis à l’examen des députés

Sous la conduite de l’honorable Issiaka Sidibé, président de l’Assemblée Nationale du Mali, les élus de la nation se sont réunis dans la salle Modibo Keita le lundi dernier pour l’ouverture de la session ordinaire du mois d’avril. Cette session intervient dans un contexte particulièrement sensible pour notre pays au regard de sa profonde crise. C’était en présence du Premier ministre,  Soumeylou Boubeye Maïga, des membres du gouvernement,  les diplomates accrédités au Mali et bien d’autres personnalités. Dans son discours d’ouverture,  le président de l’hémicycle, l’honorable Issaka Sidibé relève que 58 projets et propositions de lois figurent au menu des travaux dont le projet de loi d’entente nationale.

Prévue pour 90 jours, la présente session pourrait se prononcer  sur le projet de loi de révision constitutionnelle communiqué au Président de la République par l’équipe d’experts. Ce projet de loi ainsi que tous les autres textes prévus dans le cadre des réformes institutionnelles et politiques devront faire l’objet de la plus grande attention des honorables. Ils viendront s’ajouter aux 58 projets et propositions de loi figurant déjà dans le tableau de saisine.

Pour le président de la représentation nationale, parmi les projets de loi qui seront examinés par les députés,  figure le projet de loi d’entente nationale pour lequel tous les regards sont tournés vers l’assemblée nationale  et ce, en raison de sa sensibilité et du rôle crucial qu’il est appelé à incarner dans la consolidation de la paix et de la réconciliation nationale. Il a félicité la Commission des lois, saisie au fond, pour toutes les concertations préliminaires qu’elle a effectuées pendant l’intersession en vue d’une large appropriation de ce projet par les différents acteurs. Par ailleurs, il a déploré la recrudescence de l’insécurité au Mali. De l’attaque du camp militaire de Dioura qui a entraîné la mort d’une vingtaine de nos soldats,  en passant par le massacre d’Ogossagou qui a également coûté  la vie de 160 personnes, l’Assemblée nationale a condamné ce déferlement de violences.

En plus de l’insécurité, l’honorable Issaka Sidibé n’a pas manqué de signaler la crise scolaire qui sévit présentement dans notre pays. Il dira que depuis un certain temps, les pouvoirs publics font face à une série de revendications syndicales et à de nombreux débrayages. «Aujourd’hui, la situation de l’école est déplorable voire alarmante. Depuis plusieurs semaines, les établissements d’enseignement fondamental et secondaire, du public comme du privé, sont paralysés par des grèves intempestives, au risque de compromettre dangereusement l’année scolaire. Il faut y remédier de toute urgence pour que les enfants maliens reprennent sereinement le chemin de l’école. J’en appelle au patriotisme de tous les enseignants et autres acteurs de l’éducation, afin que cette crise scolaire soit enfin derrière nous, à jamais», a-t-il souhaité. Issaka Sidibé a félicité le président IBK pour les initiatives qu’il a prises dans le cadre de la décrispation du climat politique. Il a précisé que l’Institution parlementaire est totalement en phase avec le Chef de l’Etat pour l’instauration d’un dialogue constructif et fructueux avec tous les acteurs de la scène politique nationale.

Alasko

Related Posts

Laisser un commentaire