Société

TABAGISME : Les jeunes bamakois sous l’emprise de la chicha

Les voies de l’autodestruction est généralement le chemin préféré des jeunes maliens. Ainsi, en plus de l’alcool et de certaines drogues dures, ils sont nombreux ces jeunes bamakois à être désormais sous l’emprise de la chicha ou le narguilé. Un produit dont se servent aujourd’hui de nombreux Lounges et bars pour appâter une clientèle plus jeune et moins regardante sur les dépenses.

Ce dimanche, dans un quartier populaire de la capitale malienne, un grin de jeunes est formé autour de la chicha. Ce cercle de camarades d’âges est resté sur place pendant toute la journée. «A cause de l’école, ce sont les dimanches que je retrouve mes amis pour fumer un bon coup de chicha», avoue Issiaka, un grand amateur de la pipe à eau.

La raison qui le pousse à la consommer est toute simple. «Chaque fois que je fume de la chicha, je suis détendu et j’oublie tous mes soucis ou toutes les frustrations. Je la trouve mieux que la cigarette et personne ne dira que je suis en train d’utiliser de la drogue», se défend-t-il.

A l’image de son grin, ils sont nombreux les groupes de jeunes qui se forment les après-midis, les soirs et toute la journée pendant le week-end autour de la chicha. De nos jours, la chicha (ou narguilé) remplace la cigarette pour bon nombre de jeunes à Bamako. Fumer de la chicha étonne encore peu de personnes car elle est fumée au vu et au su de beaucoup de parents.

Elle est aujourd’hui l’élément principal autour duquel les amis se rencontrent dans les quartiers, dans les boites, les grins de jeunes. Et cela généralement sans distinction de classes sociales ou de niveau d’instruction.

Heureusement, que certains jeunes ont encore de la jugeote pour ne pas sombrer dans ce fléau nouveau qui est une menace sérieuse pour le sain épanouissement de la jeunesse du pays. Très vigilants, ils déplorent la consommation de la chicha qui, selon eux, déroute les jeunes de leurs objectifs.

«La chicha contient du tabac, donc nuisible à la santé. Je m’en éloigne alors», déclare I.T, bien conscient du danger de la pipe à eau. Selon lui, tout ce qui est mauvais pour le bien-être de l’Homme est à proscrire. Pour mieux arriver à interdire la consommation, Ibrahim préconise une prise de conscience des jeunes et de la société tout entière, une sensibilisation pour mettre en évidence les conséquences liées à cette pratique. Cela est d’autant souhaitable qu’ils sont nombreux ses camarades qui pensent que la chicha comporte moins de risque que la cigarette.

Appelée la pipe à eau, la chicha est un tube permettant de fumer grâce à un système d’évaporation. La fumée est composée de goudrons, de nicotine, de monoxyde de carbone, d’hydrocarbure et de métaux lourds. Elle constitue 25% de tabac associé à un mélange de mélasse et d’arôme de fruit.

Selon un rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le fumeur de pipe à eau et les personnes exposées à sa fumée encourent les mêmes maladies pulmonaires, cardiovasculaires, et cancérogènes que le  fumeur de cigarette.

Certains parents déplorent considérablement cette utilisation en prétextant que les enfants échappent à leur contrôle des fois. Et, en conséquence, ils ne peuvent pas faire grand-chose pour qu’ils arrêtent. «Rien n’est plus comme avant, la société est telle que tout le monde ne pense qu’à sa petite personne. Aujourd’hui, si nos enfants ne fument pas la chicha en notre présence, ils peuvent bien le faire quelque part avec leurs copains. C’est toute la communauté qui est interpellée», rappelle un père de famille conscient et inquiet de cette nouvelle menace pour les adolescents et les jeunes du pays, de la capitale notamment. D’autres parents disent ne pas savoir ce que c’est la chicha ou ignorent tout des effets néfastes sur la santé humaine.

En attendant une véritable campagne de sensibilisation des enfants et de leurs parents sur les dangers liés à la consommation de la chicha, elle est en train de devenir un vrai faux refuge des jeunes, filles et garçons ! Hélas !

AïchataFall

Stagiaire

Related Posts

Laisser un commentaire