Société

MME AMINATA KONATE-BOUNE, MEMBRE DE L’USPM : «La préservation de l’unité nationale passe par la sauvegarde de l’intérêt général»

Le Collectif Unité, sécurité et paix au Mali (USPM) est une organisation constituée d’élus, de responsables associatifs et de personnes ressources de la diaspora malienne en Europe, notamment en France. Après les nombreuses exactions commises ces derniers temps sur le sol malien, notamment dans le centre du pays, il a interpelé les députés de l’Assemblée nationale française le mardi 2 avril 2019 afin d’exiger un diagnostic de l’utilité des troupes engagées au Mali, notamment les forces françaises Barkhane. Jointe depuis la capitale française, Mme Aminata Konaté-Bouné nous parle de cette mobilisation. Elle est membre du Collectif. Interview !

Le Matin : Vous êtes membre du Collectif Unité, sécurité et paix au Mali (USPM). Qu’est-ce qui a motivé la création de cette organisation ?

Aminata Konaté-Bouné : En réaction aux différentes exactions commises dernièrement sur le sol malien, l’Amicale des Maliens de Montreuil, à travers notamment son président Moussa Doucouré, a pris l’initiative de rassembler toutes les composantes de la diaspora afin d’échanger sur la situation. La première rencontre a eu lieu dans leurs locaux situés à Montreuil. De là, est né le Collectif Unité, sécurité et paix au Mali (USPM).

La création de cette entité a été motivée par un besoin de communion autour de l’intérêt général : l’unité du Mali et le respect de son intégrité territoriale ! Parallèlement, il s’agit de réfléchir, ensemble, aux actions à engager pour éviter tout ferment de division du peuple malien. De nombreuses actions d’élus Franco-maliens, notamment du Collectif des élus Français d’origine malienne (CEFOM), avaient également été initiées (Grigny, Saint-Denis, Evry…).

C’est ainsi que le collectif a, dans un premier temps, décidé de renforcer les initiatives existantes telle que le rassemblement à la Place de la République le dimanche 31 mars, et de coordonner les futures initiatives pour  plus d’efficacité. Une pétition appelant à la paix et à la sécurité du pays ainsi qu’un appel à l’attention des députés de l’Assemblée nationale française, ont été rédigés par le collectif. 

Le Matin : Pouvez-vous nous présenter ce Collectif à travers ses objectifs essentiels ?

A.K.B : L’USPM est une organisation unitaire qui se veut rassembleur de toute la communauté malienne de France. Il est composé d’élus franco-maliens, de responsables associatifs, politique et de personnes ressources de la diaspora. Ce collectif unitaire a pour mission de définir et mettre en œuvre des actes concrets afin de lutter contre la désinformation qui est l’arme principale des agresseurs/terroristes qui ont attaqué la nation malienne à Dioura, Ogossagou et dans beaucoup d’autres endroits depuis 2012. 

Profondément meurtris par ces violences inégalées au Mali sous couvert de guerre fratricide entre Peuls et Dogons, les Maliens de France se sont rassemblés pour réfuter les tentatives de désinformation et de déstabilisation. Il s’agit aussi de créer un cadre pour nous retrouver avec toutes nos richesses humaines qui font de notre peuple une nation à part, de par sa traditionnelle culture d’ouverture, de proximité et de bienveillance inclusive. 

Le collectif a réaffirmé ses objectifs d’unité, de sécurité et de paix au Mali. Conscient que cet objectif ne saurait être atteint sans un réel dialogue inclusif entre Maliens, de nombreuses rencontres sont programmées dans les jours à venir.

Le Matin : Le 2 avril vous avez interpellé les députés de l’Assemblée nationale française. Qu’est-ce qui motivait cette interpellation ?  

A.K.B : Ce mardi 2 avril 2019 à 14h, le collectif USPM, soutenu par de nombreux élus locaux et amis du Mali, se sont réunis sur l’esplanade des Invalides. Ce rassemblement avait pour objectif un échange avec les députés afin de leur faire part de nos préoccupations et de les interpeller sur le bilan des interventions militaires au Mali depuis 2013. De nombreux contingents sont sur place, avec des missions de paix et de sécurisation de la population. Nous souhaitons comprendre comment de tels actes ont pu être commis alors qu’il n’y a jamais eu autant de forces armées aux côtés du peuple malien.

Le Matin : Comment les députés français ont-ils réagi à votre interpellation ?  

A.K.B : Les députés présents ont eu une réaction à la hauteur de nos attentes. En ayant des prises de paroles rassurantes et semblant avoir compris notre démarche. L’appel lu par Lamine Camara, membre du collectif et Secrétaire général de la CEFOM, a été transmis au député Jean-Paul Lecoq, qui s’est engagé à le communiquer à l’Assemblée nationale, ainsi qu’à faciliter les échanges avec les interlocuteurs ciblés et à nous faire un retour sur nos interrogations.

Le Matin : Est-ce-que USPM est satisfaite des décisions prises à l’issue de cette interpellation ?  

A.K.B : Le Collectif est satisfait de l’engagement pris à l’issue de cette interpellation, mais reste conscient que cette étape n’est que le début du processus engagé vers une paix durable au Mali. Nous souhaitons ardemment que les enquêtes diligentées soient conduites à leur terme pour traduire ces criminels devant la justice.

Le Matin : Vous aviez-aussi lancé une pétition par rapport à la situation du Mali. Est-ce qu’elle a été signée à la hauteur de vos attentes ?

A.K.B : La signature de la pétition est toujours en cours, voici le lien (https://www.change.org/p/associations-appel-pour-la-paix-aumali?recruiter=682134194&utm_source=share_petition&utm_campaign=psf_combo_share_abi.pacific_post_sap_share_gmail_abi.gmail_abi&utm_medium=whatsapp&utm_content=washarecopy_14667511_fr-FR%3Av1&recruited_by_id=557dfb70-f303-11e6-8471-7115bf22b416) afin  que vos lecteurs puissent s’en saisir et la circulariser à leur tour, car notre impact réside non seulement dans la fédération des compétences que constitue notre collectif (élus, associations, société civile), mais également dans les soutiens qui nous rejoindront dans ce combat pour la paix au Mali.

Le Matin : Quelles sont les autres actions envisagées par rapport à la situation du Mali ?  

A.K.B : Notre collectif a, conjointement à ses actions de rassemblement et d’information, un objectif de solidarité avec nos frères et sœurs du pays. C’est ainsi que des espaces d’échanges et de réflexions au sein desquels les associations seront associées, ainsi que l’organisation de collecte de dons  pour faire face à l’urgence, sont en cours de mise en œuvre dans plusieurs villes françaises.

Le Matin : Votre mot de la fin ?

A.K.B : Ce collectif unitaire n’a d’autre ambition qu’un Mali uni, en paix et développé pour répondre aux besoins de ses concitoyens. Nous avons choisi d’être des acteurs de ce projet, alors si, comme nous, vous avez le même objectif, faites le nous savoir en signant notre pétition et en nous rejoignant dans nos actions. Car seule la fédération des compétences pour un objectif commun nous permettra d’atteindre les objectifs escomptés.

Et pour finir je dirai que, au Mali plus qu’ailleurs, il ne pourrait y avoir de préservation de l’unité nationale sans promotion de l’intérêt général.

Propos recueillis par

Moussa Bolly

Related Posts

Laisser un commentaire