Société

GESTION DES DÉCHETS: l´ONG ÉNERGIC soumet un projet de recyclage d´ordures à la mairie du district de Bamako.

Pour gérer à bon escient les déchets de la ville de Bamako, une ONG française, Énergic a approché, le mercredi 28 mars 2018, la Mairie du District de Bamako pour présenter son projet de recyclage et de transformation. La cérémonie de présentation s’est déroulée dans la salle de conférence de la Mairie, en présence du personnel de la Mairie du District.
L’entassement des déchets et des ordures dans la ville de Bamako est en passe de devenir triste souvenir.

Présentant le projet, Eric Chevaillier, président de ‘’Énergic’’ a indiqué que le projet s’attaque à l’ensemble des déchets de la ville de Bamako. «Notre objectif est de nous occuper de 80% des déchets. L’équipe Energic travaille avec la commune II, avec pour mission de donner de la valeur aux déchets qui s´entassent dans nos communes. Nous voulons créer à peu près 10 000 tonnes de compostes par an », a-t-il déclaré.

Armand Jost, président de la fondation ‘’R20’’, partenaire de l’ONG Énergic, a précisé qu’ils ne sont pas venus pour vendre un produit mais pour aider chacune des communes de Bamako, commençant par la commune II. « Le déchet est de l’or et si on peut sortir l’or du dur et on obtient vraiment de l’or dur et c’est ça pour moi, le message. Nous vous proposons ensemble avec les communautés politiques locales d’essayer de faire quelque chose pour la ville de Bamako», a souligné Armand Jost.
Pour sa part, Adama Sangaré, maire du district, n’a pas caché sa joie de trouver un partenaire pouvant transformer et valoriser les déchets de la ville de Bamako. Partant, il a expliqué la raison pour laquelle l’ONG Énergic a commencé par la commune II. A l’en croire, Djeneba Keita, adjointe au Maire déléguée de l’hôtel de ville de Montreuil, était en contact avec les députés de la commune II, avec la municipalité de la commune II et ils ont pensé à commencer quelque part.
 
Pour le maire, l’important n’est pas de commencer en commune II, l’important est que le projet puisse démarrer. «Ils sont à Bamako car ils savent que ça nécessite l’implication de toutes les communes de Bamako c’est pour cette raison qu’ils ont décidé de créer un partenariat avec le district pour la gestion des ordures. La commune II est un départ mais c’est ensemble des six communes de Bamako qui constituent réellement l’objectif. »
 
B. SIDIBE

Related Posts

Laisser un commentaire