Culture Société Tourisme et Voyages

Journée Mondiale de la Culture Africaine et Afro-Descendante(JMCA) : Un Rendez-Vous de la réhabilitation de la culture africaine

Instituer une Journée mondiale de la culture africaine et afro-descendante (JMCA). Tel est l’objectif principal de ce rendez-vous africain de la culture que le Mali a abrité, du 23 au 24 janvier 2018, à travers le Ministère de la culture, en partenariat avec l’UNESCO, Réseau Africain des Promoteurs et entrepreneurs culturels(RAPEC) et Cités et Gouvernements locaux unis d’Afrique (CGLU Afrique).

 Cette rencontre, premier du genre, a réuni autour du ministre de la culture, NDiaye Ramatoulaye Diallo, ses homologues du Burkina Faso, du Congo, du Niger, du Sénégal et de  plusieurs  sommités de la culture venant de plusieurs pays d’Afrique et de la diaspora.

En effet, l’initiative de la Journée mondiale de la culture africaine et afro-descendante est une opportunité pour lever les contrastes éventuels entre les idéaux d’hier et ceux d’aujourd’hui. C’est aussi une occasion unique pour l’Afrique de s’assumer en engageant l’indispensable campagne de ratification de la Charte de la renaissance culturelle africaine. Enfin, ces deux jours ont  permis  de tracer les bases de la célébration de la culture africaine et afro-descendante partout dans le monde.

A cette rencontre, on notait la présence de Abdou Latif Coulibaly, Ministre de la culture du Sénégal, Issouf Sawadogo, Ministre de la culture du Burkina Faso, Dieudonné Moyongo, Ministre de la culture et des Arts du Congo et Malam Issa Assoumana, Ministre de la Renaissance culturelle, des Arts et de la modernisation sociale du Niger.

L’objectif principal était d’instituer une Journée mondiale de la culture africaine et afro-descendante (JMCA).Il noter   que  c’est une initiative est  née dans la diaspora africaine en France.

Pendant ces 2 jours des travaux, les  participants animé des sessions sur la préservation et promotion des identités culturelles africaines comme support du Dialogue entre peuples et l’édification du panafricanisme, la créativité et la source de développement culturel et économique de l’Afrique. Aussi, ils se sont penchés sur le panafricanisme culturel, diaspora et afro-descendance.

Selon Ndiaye  Ramatoulaye  Diallo, ministre de la culture, ces deux jours ont  permis de tracer les bases de la célébration de la Culture Africaine et afro-descendante partout dans le monde.

« C’est aussi une occasion unique pour l’Afrique de s’assumer en engageant l’indispensable campagne de ratification de la Charte de la Renaissance Culturelle Africaine », a  déclaré le ministre de la Culture, avant de livrer  un message du Président de la République du Mali. Dans ce message, Ibrahim Boubacar Keita a estimé que cette première édition de la Journée mondiale de la culture africaine que le Mali abrite est, sans doute, l’entame d’un processus de reconnaissance du droit égal des cultures au respect, de même que tous les individus ont un droit égal au libre accès à la culture.

« Cette première édition de la JMCA se doit d’offrir une plateforme de dialogue entre acteurs de la culture, publics, privés ou associatifs, décideurs publics d’Afrique et d’ailleurs, sur les problématiques clés du secteur, dans un continent où la culture doit agir résolument pour accompagner positivement les divers processus de développement», poursuit le président Keita dans son message

« Nous faisons, ensemble, ici, à Bamako, le pari de la voir prise en compte dans l’ensemble des stratégies que l’Afrique aura à définir. Nous sommes engagés, pleinement, dans la mise en œuvre de l’Agenda 2063 que l’Union africaine définit, avec justesse, comme la continuation du chemin panafricain et un cadre commun pour une croissance inclusive et un développement durable de notre continent », a exprimé IBK.

«Nous vivons dans un monde de violence, il est bon que l’on puisse hydrater cette sècheresse des relations humaines par la fraicheur de la culture africaine. Une célébration qui devra permettre sans doute de rappeler la place de l’humanité dans ce monde. Mieux, c’est ce pays de vieille civilisation qu’est le Mali qui accueille cette célébration initiale de la JMCA », a indiqué Adama Samassekou, président de la Commission nationale d’organisation.

Moussa Mallé SISSOKO

 

Related Posts

Laisser un commentaire