Le paradoxe AnTè A Banna : changer le Mali avec du vieux

2 mois ago
4003 Views

A tous les révolutionnaires de par l’Afrique, il est temps, grand temps que les usurpateurs de notre lutte nous disent la vérité. Quelle est la part de vérité de Tièblé Dramé dans la mort de CABRAL ?Où était Tieblé Dramé, ce jour du 17 mars 1980, alors que Abdoul Karim Camara dit Cabral, le Secrétaire général de l’UNEEM de l’époque se faisait lâchement assassiner ?

A-t-il eu une responsabilité dans la découverte de la cachette de CABRAL ?

Ceux qui appellent à une vraie révolution en Afrique ne doivent en aucun cas serrer une main qui porte le sang d’un soldat du panafricanisme.

Le machiavélisme, ne devrait pas passer par cette jeunesse consciente qui appelle à tourner la page de la médiocrité. Par ailleurs, si tel est vrai que nous voulons un changement de génération de gouvernants, je comprend difficilement la présence de requins de la politique dans nos rangs tels que Soumaïla Cissé, Tieblé Dramé, Zoumana Sacko, Oumar Mariko, qui n’ont vraiment pas leur place chez AnTè A Banna.

Est-il utile de démontrer que AnTè Abanna est le fruit de leur échec dans la lutte pour l’avènement d’un Mali nouveau ?

A-t-on besoin de sortir de la la Sorbonne pour comprendre que ces ménopausés politiques n’hésiteront pas à nous pousser sur des chantiers périlleux ?

Aurait-on déjà oublié que pour ses intérêts égoïstes, Tieblé Dramé a tenté sans succès de jeter Oumar Mariko à la vindicte populaire en rappelant que ce dernier à fait lyncher à mort un innocent par la foule de ses militants, sous le farfelus prétexte qu’il serait un agent de la sécurité d’État ?

Faut-il ouvrir les blessures du ministre de la sécurité intérieur, le général Salif Traore, dont le père fut brulé vif par les militants du parti SADI, pour que l’on comprenne que les assoiffés de sang et de pouvoir n’auront jamais leur place dans la lutte pour l’avènement d’un Mali meilleur ?

Après avoir induit en erreur, le président Alpha Oumar Konaré, en le poussant dans une aventure référendaire utopique, Tieblé Dramé à récemment échoué à pousser la jeunesse consciente au lynchage de notre frère à tous, le chroniqueur Abdoul NIANG.

Mais tel «le vieil molosse n’abandonne jamais sa façon déhontée de s’asseoir » pour paraphraser l’éminent Ahmadou Kourouma dans « Les soleils des indépendances », nos ménopausés de la politique n’arrêterons jamais les tentatives de récupérations.

Et pourtant la question qui s’impose à tout esprit éclairé serait: est-il possible de faire un Mali NOUVEAU, un Mali PROPRE avec du vieux ? Bien sure que NON !
Alors s’il n’est pas possible de changer notre façon de faire de la politique avec des anciens « politiciens », nous débarrasser de personnes qui, en 25 ans n’ont pas réussi le seul but de leur organisation, c’est-à-dire l’exercice du pouvoir, est un devoir.
Nous débarrasser d’une constitution vieille de 25 ans devient une option à considérer avec le maximum de lucidité.

Notre constitution est en retard de 25 ans sur l’évolution du monde.
Notre école a 25 ans de retard sur les pays de la sous-région.

Il faut le changement
parce que demain, c’est tout de suite
le changement c’est maintenant

Mieux que le changement de la constitution, le changement attendu passera inévitablement par notre façon de penser.

Vive le Mali !

 

Abdu Rassoul DIAKITÉ

(Visited 54 times, 1 visits today)
Comments

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *