Développement Société

Mali : Le chantier du secteur énergétique  en marche !

C’est dans un contexte sociopolitique difficile que  les autorités actuelles du Mali se sont évertuées à relever le principal défi qui s’est imposé au Mali depuis 2012. Il s’agit de faire sortir le plus rapidement possible le pays de la crise par la mise en œuvre des programmes structurants 2013-2017: le programme d’Urgence pour la relance du Développement des Régions du Nord,  le Programme de développement accéléré des régions du Nord (PDA/RN), le  plan pour la relance économique durable (PRED) du Mali.  Ainsi, ces ambitieux programmes ont permis la réalisation des grands projets destinés au renforcement des capacités de production dans le domaine de l’énergie.

Selon le rapport bilan d’IBK  2013-2017 dressé par une panoplie d’experts, le Président de la république du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta  a insufflé  une énergie dynamique au secteur de l’énergie en renforçant les capacités de production. Cet engagement du président Keïta est inspiré de son programme intitulé « Le Mali d’abord » qui déroulait les actions qu’il souhaitait mettre en œuvre au plan économique et social une fois élu à la tête de l’Etat.  Joignant l’acte à la parole, dès son accession à la magistrature suprême, Ibrahim Boubacar Keïta a amorcé un long chapelet de réalisations et de réhabilitations d’infrastructures énergétiques dans plusieurs localités du pays.

Au chapitre de la réhabilitation d’infrastructures énergétiques dans les plusieurs régions, le département de l’énergie et de l’eau a poursuivie des travaux de la réhabilitation des centrales hydroélectriques de Sélingué et de Sotuba et de l’électrification de 15 localités dans le cercle de Kati et Kangaba.

« Les projets d’extension et de réalisation des centrales hydroélectriques Sotuba II (6 MW),Kénié (42 MW), Gouina (140 MW), les projets d’extension et de réalisation de centrale thermique au fuel lourd, Balingué (23 MW) dont les travaux sont terminés en février 2016 et Kayes (92 MW) et la réalisation des études de faisabilités des centrales hydroélectriques de Bagoé II (45 MW), de Baoulé III (30 MW) et de Baoulé IV (30 MW) », a indiqué le rapport bilan de 4ans d’IBK à la tête du Mali

Pour ce qui est  de l’extension et du renforcement de réseaux de transport et de distribution d’énergie électrique, le même rapport a mis en relief  les activités concernant la poursuite du Projet d’Appui au Secteur de l’Energie (PASE) pour le renforcement du réseau de transport et de distribution de l’électricité et l’efficacité énergétique.

« Le recrutement des entreprises pour la réalisation de la liaison, Sikasso-Bougouni-Bamako, qui favorisera le transit de l’énergie en provenance de la Côte d’Ivoire et permettra l’électrification de la nouvelle zone industrielle du District de Bamako, la poursuite des travaux du Centre National de Conduite (centre de dispatching) de Bamako dont la fin est annoncée pour juin 2017 et la finalisation des études et l’obtention du financement partiel pour la réalisation du projet d’interconnexion des réseaux électriques de la Guinée et du Mali », a souligné le rapport.

Dans le même registre, il faut noter la finalisation des études complémentaires du projet d’interconnexion Ghana-Burkina Faso-Mali.

« La recherche de financement pour l’étude et la réalisation de la boucle 225 kV autour de Bamako et le renforcement des postes de transformation pour lever les contraintes d’évacuation de l’énergie électrique ».

S’agissant du développement des sources d’énergies renouvelables, il convient de rappeler  la réalisation des activités de l’installation de 1818 lampadaires solaires dans 5 régions du Mali (Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti).

« La réalisation de centrales hybrides (champs solaires photovoltaïques associés à des groupes thermiques diesel) dans les localités de Nara, Diéma et Ansongo et la signature des conventions pour la réalisation, dans le cadre du partenariat public-privé,  des centrales solaires photovoltaïques  de 33 MWc à Ségou et de 50 MWc à Kita », a révélé le rapport.

Quant à l’électrification rurale, le document a estimé que les  principaux  résultats atteints sont la réalisation de 14 centrales hybrides solaires/diesel d’une puissance totale de 283 kWc.

« Le démarrage du projet Systèmes Hybrides d’Electrification Rurale (SHER) qui concerne 50 localités et la préparation de projets similaires qui permettront d’électrifier 90 villages », a annoncé le document.

Dans la même veine, il faut ajouter  l’accès physique et financer des populations à l’énergie pour la période 2017-2020, le ministère de l’énergie et de l’eau et ses partenaires ont lancé naguère le projet d’énergie solaire pour le développement rural au Mali(Pesdr) qui concerne les zones semi-urbaines et rurales. Il s’agira la réalisation de deux (infrastructures)  centrales solaires dans 24 localités dans le cercle de Macina à avec un montant global de 24 milliards de Fcfa.

 

Moussa Mallé SISSOKO

Related Posts

Laisser un commentaire