Pour complicité avec le MNLA : L’opération boycott des produits français lancée

3 années ago
2913 Views

A Bamako, la colère et l’indignation ne retombent pas contre la France dans la gestion de l’équation de Kidal. Après les marches de protestations et sit-in, le Collectif pour la défense de la République a lancé mardi une campagne de boycott des produits de sociétés françaises au Mali. La mesure vise plusieurs sociétés de la place.

Pour s’insurger contre l’attitude française dans la gestion de l’équation de Kidal, le Collectif pour la défense de la République a lancé hier une campagne nationale de boycott des produits français.

Cette mesure concerne les sociétés Total-Elf, Orange-Mali, la Bicim, CFAO Motors, Sogea/Satom, Razel, Allianz-Assurance, Sera-Mali, l’hôtel Radisson, GTMH-Mali, Transrail, Areva, stations Oryx (suisse), le lait Candia, le beurre « Président », Bolloré (SDV), Air France et autres. La campagne vise à dénoncer la mauvaise foi manifeste de la force Serval dans la question de Kidal.

« Ce qui se passe à Kidal nous renvoie au traumatisme de 2012. Le 25 janvier 2012, les troupes du MNLA et leurs alliés jihadistes ont commis un odieux crime qui est resté jusqu’à présent impuni et personne ne pensait que ce genre de tragédie aurait pu se reproduire avec la complicité de la France qui se dit pays des droits de l’Homme », a fustigé le porte-parole du Collectif, Mohamed Youssouf Bathily.

« L’Etat français met la pression sur nos autorités sans défense, le peuple malien doit mettre la pression économique sur la France : en boycottant les prestations de la société Orange-Mali avec le refus patriotique d’utiliser les SIM Orange et en mettant une croix rouge sur les stations Total jusqu’à la libération totale de Kidal. La souveraineté appartient au peuple. L’unité du pays et sa cohésion ne pourront être réalisées tant que cette situation de zone non-droite continuera à exister à Kidal. Tant qu’un groupe d’hommes, constitués en bandes armées continuera à bénéficier d’un laisser-faire d’une grande puissance et de négocier d’égal à égal avec un Etat, de tels actes horribles seront monnaie courante », a souligné le porte-parole.

Il a ajouté que ce boycott entrera en vigueur dans tous les pays où résident les Maliens. « La semaine prochaine, je vais rencontrer la communauté malienne du Sénégal et de Gambie sur la situation. Et la même méthode entrera en vigueur dans un très bref délai », a-t-il déclaré.

Bréhima Sogoba

Comments

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *