Présidentielle 2016 – le Gabon fait l’objet de menaces portant atteintes à sa sécurité et à sa sureté

1 année ago
747 Views

Gabon: Présidentielle, le pays fait objet de menaces portant gravement atteintes à la sécurité et à la sureté de l’Etat

Le Gabon fait objet de menaces portant gravement atteintes à la sécurité et à la sureté de l’Etat, apprend KOACI d’un communiqué du ministère de la défense lu lundi soir sur les antennes de la télévision nationale.

Gabriel Mally Hodjoua, SG dudit ministère, a précisé que ces dernières étaient de trois types, cybercriminelles, atteintes aux données aux caractères personnels et importations illégales de matériels de communication satellitaire et militaire.

Le ministère de la défense demande “la plus grande prudence” quant une application dénommée “Regab”, qualifiée de “pirate”, simulant de la récolte de données conçue par des hackers et mis en place au Gabon.

Toujours selon le ministère, derrière ladite application se “cache une cellule de cybercriminels d’ivoiriens chargés d’alimenter l’application et les réseaux sociaux de faux contenus”. Un individu de nationalité ivoirienne dénommé Yeo Sihifowa, à la tête de la cybercellule est connu des services de renseignement pour “des actions similaires dans d’autres pays de le sous région.”

Il indique également que les services de douane gabonaise ont procédé à la saisie de téléphones satellitaires de type Iridium, Thuraya et de Motorala compatibles avec les fréquences utilisées par les forces de défense et de sécurité sans qu’aucune demande de fréquence n’ait été officiellement émise devant l’autorité compétente, en l’occurrence, l’Autorité de Régulation des communications Électroniques et des Postes (ARCEP).

Pour le ministère cela sous entend que ce matériel entré illégalement au Gabon “interfère dans les communications” des forces de défense et de sécurité.

Son secrétaire général conclura le communiqué en appelant la population à la vigilance tout en rappelant que “les forces de défense et de sécurité prendront les mesures qui s’imposent pour faire respecter l’Etat de droit”.

La déclaration intervient la veille de la proclamation des résultats de la présidentielle à un tour du 27 aout dernier et dans un contexte où un candidat, Jean Ping, s’est déja auto-proclamé publiquement en deux fois depuis dimanche, président élu.

Le président sortant, Ali Bongo, que les dernières tendances donnent gagnant mais “sur le fil”, demeure quant à lui silencieux et ce conformément à la loi.

Les résultats de la présidentielle seront, selon le ministère de l’interieur, rendus publics ce mardi vers 17H.

Sylvain Moussavou, Libreville

(Visited 86 times, 1 visits today)
Comments

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *