Présidentielles

Ras Bath : «Si IBK passe vainqueur dès le premier tour… on ne l’acceptera pas»

La coalition pour l’alternance et le changement composée de partis politiques, d’associations, de leaders d’opinion projette une grande marche pacifique le samedi 2 juin à la place de la liberté pour protester contre les propos «Boua Ta Bla Ma Shi Faka Ta», tenus le 24 mai à Kangaba par le président de la République, et exiger l’organisation d’élection transparente et la libération de l’Ortm. L’information a été donnée par les leaders de la coalition pour l’alternance et le changement à la faveur d’une conférence de presse, tenue le mardi 29 mai, à la Maison de la presse. La conférence de presse était animée par Tiébilé Dramé du Parena ;  l’honorable Amadou Thiam, président de l’Adp-Maliba ; Habib Dembélé dit Guimba national ; Ras Bath, porte-parole du Collectif pour la défense de la République.

Dans une déclaration lue devant la presse, les membres de la coalition pour l’alternance et le changement condamnent avec la plus grande fermeté les propos outrageants tenus à Kangaba, le jeudi 24 mai, par le chef de l’Etat et par lesquels il fait du Mali sa propriété privée et viole toutes les règles de bienséance et de retenue qu’impose la fonction présidentielle.

Selon  cette déclaration, les signataires ne sauraient tolérer de tels abus de langage et prennent à témoin l’opinion nationale et internationale par rapport aux conséquences néfastes que ces dérives verbales pourraient avoir sur le contexte électoral en cours. La déclaration indique aussi que notre pays ne saurait être la propriété privée de quelque citoyen que ce soit et l’arrogance ne saurait être un mode de gouvernance.

Pour le président du Parena, Tiébilé Dramé, au-delà de la coalition pour l’alternance et le changement, il y a  aujourd’hui, une prise de conscience générale que notre démocratie est en danger. Selon lui, «le président de la République ne grandit pas la fonction présidentielle par le propos qu’il a tenu le 24 mai à Kangaba». Aux dires de Tiébilé Dramé, les forces populaires et démocratiques du pays sont indignées par ce propos. Et M. Dramé de faire savoir que, pendant 5 ans, la gestion du président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, a été catastrophique sur tous les plans.

«Nous pensions que le chef de l’Etat allait demander pardon au peuple  en disant qu’il ne se présentera pas. Mais, à la grande surprise de tous,  il  fait une déclaration de sa candidature pour dire qu’il va consolider les acquis. Où sont les acquis ? Le pays est en feu et à sang. En plus de cette inquiétude, le ministre porte-parole a déclaré sur RFI qu’il y aura «Takokelen» au premier tour. Nous pensons qu’après avoir perdu tous les soutiens qu’il avait eu en 2013, cela est impossible. Mais faisons attention, car il a le pouvoir et l’argent», prévient Tiébilé Dramé. Avant d’inviter le peuple malien à sortir massivement le samedi pour dénoncer une éventuelle victoire d’BK dès le premier tour à l’élection présidentielle.

Habib Dembélé dit Guimba national, candidat à la présidentielle du 29 juillet, était aussi là. Et pour cause : «Je suis là ce matin pour célébrer la démocratie. Je suis là parce que je voudrais pouvoir participer au débat démocratique. Je suis là pour dire que le Mali est un pays extraordinaire. Ce pays dans lequel nous ne sommes ni de la même religion, ni de la même ethnique, nous ne parlons pas la même langue, mais nous savons  nous unir, nous lever ensemble pour les grandes causes qui ont toujours caractérisé notre nation. Je pense que tous ceux qui sont là, sont là parce que la démocratie est une chose extraordinaire que nous avons eu la chance  d’avoir, et qu’il faut absolument que l’on entretienne», a-t-il déclaré.

Après de tels propos du chef de l’Etat à Kangaba, «il n’y a plus de doute que la candidature d’IBK n’est pas un acte qui découle d’une liberté, mais il est pris en otage», analyse Ras Bath. Avant d’indiquer que plus d’un million et  500 mille Maliens ne pourront pas voter dans deux mois.

En effet, sur 1 million et 500 mille Maliens qui devraient être enregistrés, 200 mille seulement l’ont été à cause d’un manque de communication et de sensibilisation.

«Nous sortirons le samedi prochain pour rappeler à IBK qu’il est le fruit d’une révolution qui est partie de 19991. Pour lui dire aussi que cette démocratie est prise en otage aujourd’hui par un clan. Nous allons sortir le samedi pour exiger la transparence et prévenir les violences postélectorales. Si IBK venait à être déclaré vainqueur dès le premier tour, quelle que soit la sincérité du résultat, on ne l’accepterait pas. Parce qu’on se rappellera que c’est pour ça que le système a été fait», a déclaré Ras Bath.

L’honorable Amadou Thiam, président de l’Adp-Maliba, a souligné l’importance d’attirer l’attention de l’opinion nationale et internationale sur le fait que les Maliens qu’ils ont connu, il y a quelques années, ce ne sont plus les mêmes  Maliens.  Selon lui, il y a eu une prise de conscience qui s’est accentuée à cause de la mauvaise gouvernance du régime. Et d’admettre que les élections qui vont venir dans quelques semaines sont décisives pour le peuple malien.

 Diango COULIBALY

Follow Me:

Related Posts

Laisser un commentaire