Crise malienne Sécurité

Retour spectaculaire des forces du mal : Après le QG du G5 SAHEL , la ville de Gao cible d’attaque terroriste !

Quarante huit heures seulement après  l’attaque perpétrée contre le camp du G5 sahel à Sévaré dans la région de Mopti, la région de Gao a été la cible d’une attaque, hier dimanche 1er juillet  dans l’après-midi. Le bilan provisoire fait état de 4 morts, 23 blessés et des pertes énormes en matériels coté population. La force Barkhane  compte 4 blessés, selon nos sources.  

Des conflits intercommunautaires, le Mali est subitement victime d’attaques terroristes sanglantes. En l’espace de trois jours, on a dénombré trois événements tristes de connotation terroriste. Vendredi il y a eu l’attaque du Quartier Général de la nouvelle force G5 Sahel avec 5 morts dont deux militaires maliens et un civil. Samedi, quatre soldats maliens ont été tués par l’explosion d’une mine au passage de leur véhicule à Dioungani et Duna dans le cercle de Koro. Et hier dimanche, c’est la ville de Gao qui a été la cible d’une attaque par un véhicule bourré d’explosifs faisant plus de quatre morts dizaine de morts dont cinq civils.

Le retour des seigneurs du mal (ces groupes terroristes qui avaient cédé le terrain aux conflits intercommunautaires), ne fait l’objet d’aucun doute au Mali. En l’espace de trois jours ils ont réussi à endeuiller le Mali et ses partenaires présents pour le retour de la paix. Cela à travers trois attaques planifiées, dont l’une par mines posées sur le trajet d’un convoi de l’armée malien en patrouille dans le centre du pays.

La plus spectaculaire de ces trois attaques fut celle de Sevaré de vendredi. Une attaque perpétrée contre le camp G5 Sahel, où un véhicule chargé d’explosifs, immatriculé 82-9854-C de fond jaune et de couleur blanche peint au logo du CICR a forcé l’entrée du camp pour aller s’exploser à l’intérieur, faisant deux morts parmi les Famas (Sgt chef Mahamane Samaké de l’Armée de l’Air et le soldat 2ème classe Dramane Traoré de l’Armée de terre) et un civil tué ( Moussa Maïga). La promptitude dans la riposte des éléments de cette force a permis de neutraliser les 5 assaillants, dont deux tués et trois blessés ( Mama Nioumata : marabout domicilié à Douentza, Amadou Traoré : marabout domicilié à Mopti et Samba Cissé : âgé de 20 ans, marabout domicilié à Mopti).

Samedi,  aux environs de 11H00, un véhicule de l’armée malienne a sauté sur une mine entre Dioungani et Duna dans le cercle de Koro, causant la mort de 4 soldats qui faisaient partie de la garde nationale, et faisant deux blessés graves.

Hier dimanche, une autre attaque a fait quatre morts et 23 blessés parmi des civils et quatre blessés du coté de la force Barkhane.

L’attaque s’est produite peu avant 11 heures, contre une patrouille mixte de la force « Barkhane » et de l’armée malienne dans le secteur nord-ouest de Gao, en direction de Bourem.  En effet, c’est avec un véhicule des forces Armées malienne, longtemps disparu que les terroristes envisageaient de faire un attentat-kamikaze au centre de la ville de Gao. Aperçu par une patrouille mixte de la force « Barkhane » et de l’armée malienne à quelques kilomètres de la périphérie de la ville de Gao, il a été poursuivi. Dans sa course folle, ce véhicule plein d’explosif s’est dirigé vers des populations pour déclencher les explosifs.  Le bilan provisoire actuellement disponible fait état de 4 morts et de 23 blessés parmi les civils et de 4 blessés du côté de la force Barkane.

A signaler que ces attaques terroristes, qui n’ont pas été encore revendiquées surviennent au moment même ou se tient le sommet de l’Union africaine,  ouvert dimanche à Nouakchott, la capitale mauritanienne, qui se penchera sur l’opérationnalisation rapide de la force G5 Sahel.

     

Par Moïse Keïta

Follow Me:

Related Posts

Laisser un commentaire