Situation alimentaire au Mali : Une nécessité pour les acteurs de mutualiser leurs efforts

1 semaine ago
36 Views

Examiner le bilan de la campagne agricole 2017-2018  du Mali et  faire le point de l’exécution de recommandations de la session du comité en validant le Budget 2018. Tels sont les objectifs de la 13ème Session du comité de coordination et de suivi des politiques et des programmes de sécurité alimentaire, tenue le vendredi 9 février 2018 à l’hôtel Massaley de Bamako.

La cérémonie d’ouverture des travaux était présidée par Oumar Ibrahima Touré, Ministre Commissaire à la Sécurité Alimentaire, en présence de  Amadou Allahoury Diallo, représentant de la FAO et Chef de fil des partenaires techniques et financiers (PTF).

Cette session permettra aux acteurs impliqués dans la sécurité alimentaire et leurs partenaires  de passer au crible  l’examen  de la situation alimentaire du Mali à l’issue de la campagne agricole 2017-2018 et l’état de l’exécution de recommandations de la session du comité. Ils vont étudier le bilan et le plan d’opération 2017 et valider le plan d’opération et le budget 2018.

Selon Amadou Allahoury Diallo, représentant de la FAO,  cette  session s’est tenu dans un contexte marqué par  l’avancée des acquis dans la mise en œuvre du protocole d’entente pour la reforme du dispositif national de la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

« Au titre des acquis, je voudrais relever l’effectivité de la mise en place du commissariat technique et financier de la commission mixte de coordination et de son comité technique,  l’adoption des différents textes de création d’organisation, et du  fonctionnement des structures du DNSA, la politique nationale de sécurité alimentaire et nutritionnelle (PolSAN) et de son  plan d’actions ont été élaboré, les recommandations pertinentes issues de  l’évaluation du PNR (Plan National des réponses) aux difficultés alimentaires pour son amélioration etc. », a-t-il énuméré.

Nonobstant  ses nombreux acquis, poursuit le chef de fil des partenaires,  il convient  de noter de défis importants. « La  campagne  agricole 2017-2018 a été plus au moins bonne, mais elle suscite quand-même de préoccupations dans certaines zones  au regard des difficultés  sécuritaire  alimentaire et nutritionnelle des populations et du cheptel, qu’il convient de considérer avec la plus grande attention pour juguler toute la crise qui pourrait en découler », a-t-il constaté.

C’est pourquoi, il  a invité les uns et les autres à la coordination des efforts. « la situation alimentaire difficile et la crise pastorale nécessitent une mutualisation accrue des efforts des parties prenants et une meilleure coordination  de tous  les acteurs », a proposé Amadou Diallo, chef de fil des PTF.

 

Moussa Mallé SISSOKO

Comments

Leave a Comment