Culture Musique Reggae

Musique | Be Myself, reggae de trois continents par Gle Tchefary

Be Myself (Sois à moi, Etre soi-même), c’est le titre du 3è single de l’artiste ivoirien, Gle Tchefary vivant aux Etats-Unis.
Sorti en CD ce 20 juillet 2019, le single comprend deux titres : Be Myself et FCFA = Sous-développent. Amour et engagement (politique) du chanteur sont au cœur de ce single enregistré entre les Etats-Unis (Waterworks studio), la Jamaïque (arrangé par Gregory Morris III), la Côte d’Ivoire (Moses Sutdio DMB) et l’Espagne (Da Lion Music).
Ce losange de parcours rythmique offre à Be Myself une musicalité avec beaucoup d’influences culturelles, un reggae roots (Be Myself) d’une orchestration typique à la Jamaïque.

L’Ivoirien Gle Tchefary (à gauche) et le Jamaïcain Kumar

Be Myself : Amour, joie, et talent
Si l’on savoure les ballades qui emportent sur cette love song, le jeu d’instruments et les précis de Dub qui donnent son coffre à Be Myself, il y a cette touche de l’arrangeur Gregory Morris. C’est d’ailleurs lui qui a donné à “Haunted” (2018) du Jamaïcain Tarrus Riley sa version dub et un remix dub pour le titre “Who knows” de Protoje.

Sur Be Myself, Générale Tchefary séduit par une voix qui s’ajuste et s’exprime mélodique ajoutée à celle chatoyante du Jamaïcain Kumar (Bent), l’ex-lead du groupe Raging Fyah. Les deux chanteurs y mettent de la joie, de l’amour, du talent.

Kumar Kent, artiste chanteur Jamaïcain, ex-lead de Raging Fyah.

Gle Tchefary – Kumar, l’histoire d’un featuring …
C’est l’Ivoirien qui propose le riddim (rythmique) de ce qu’est devenu Be Myself. Mais, pour l’histoire, c’est Kumar, qui au départ demanda à ses fans sur les réseaux sociaux de lui proposer des d’artistes reggae avec qui il ferait un featuring (collaboration). Le nom de Gle Tchefary se verra taguer à plusieurs reprises. Comme une caution, l’arrangeur et ingénieur du son Gregory Morris a un coup de coeur pour l’Ivoirien. Le featuring, ce sera avec Gle Tchefary, de son vrai nom Ibrahim Touré.
“C’est en ce moment qu’il (Kumar) est allé sur YouTube pour voir mes vidéos et la connexion s’est faite. Il a trouvé que je suis un bon chanteur et m’a demandé de lui proposer un riddim”, a confié Gle Tchefary à Farafinet.com. Cette collaboration donne ce chant Be Myself.

Gle Tchefary, artiste engagé sur une scène aux Etats-Unis

Le second titre qui skink selon l’effet sonore culturel qu’apporte Gle Tchefary et Moses Doumbia (arrangeur en Côte d’Ivoire) donne à FCFA = Sous-développent un reggae dont s’approprie(ront) dès l’écoute l’Ivoirien. Chanté en français et Nouchi – l’argot ivoirien, Gle Tchefary réussit à véhiculer un message engagé sous un air de combat de rue abidjanais et dans les ghettos ivoiriens. Tel un adversaire, le Franc CFA – une devise à laquelle le chanteur dit Non – a maille à se défendre dans une arène que le chanteur scénariste par un jeu de mots qui appelle, à l’unisson, à mettre KO le FCFA. “A bas le Franc CFA, s’offusque-t-il. Cette monaie coloniale qui nous tient dans l’esclavage. A bas le Franc CFA, (une) escroquerie organisée par l’Elysée”.

FCFA = Sous-développent, Gle Tchefary dit NON à la France
Joignant sa voix à celle de ses devanciers Alpha Blondy et Tiken Jah (qu’il ne cite pas mais, rappelle des termes propres à eux dans leur combat contre la Françafrique), Gle Tchefary ne porte pas de gangs pour dénoncer un système néocolonialisme qui assujettit les pays qui ont partage le FCFA et en commun “des dirigeants fantôche”.
“Après la deuxième guerre mondiale, chante-t-il, le Général De Gaulle organise un braquage dans ses colonies pour nous retenir dans l’esclavage. Un brigandage organisé par l’Elysée”.

Etats-Unis : Tournage de la vidéo Be Myself

Réclamant une souveraineté monétaire des pays d’Afrique colonisés par la France, le chanteur engagé rappelle qu’ “un peuple souverain doit pouvoir battre sa monnaie”.
Ce qu’il ne comprend pas tout en éclairant par le chant la lanterne des siens et de tous, “l’argent des Africains détenu dans le trésor français. La France fabrique une monnaie et l’impose qu’aux Africains. Le Franc CFA, (est) une arme de combat (qui) permet à la France d’orchestrer des coups d’Etats, de choisir nos chefs d’Etats (Africains)”.

Par ce combat qui nécessite un éveil de conscience et une rupture des dirigeants africains d’avec “le trésor français”, le chanteur affiche un air dubitatif : “A quand la fin de notre souffrance? A quand la fin de la mauvaise gouvernance? La révolution, à quand la libération?”.
A ce single qui sera sur les plateformes de téléchargement à partir du 25 juillet prochain, Gle Techefary ajoute “Farafina Tchefary”, titre-single sorti en 2018. Il est auteur des albums Soya (2008), Il est temps (2013), I-Ternal Riddim (2018) et des singles “Black no for sale” et “Help The Syrians” (mars 2018).

Koné SAYDOO

Saydoo KONE

Freelance│Journaliste Culturel│Consultant Media│Administrateur de Site│Artist-Manager
Follow Me:

Related Posts

Laisser un commentaire