Economie

RAPPORTS DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL : Même litanie, mêmes crimes, même impunité…

A quoi servent les rapports du Bureau du Vérificateur général et des autres services de contrôle au Mali si ce n’est pour alourdir les charges de l’Etat par leur coût de fonctionnement ? En tout cas, l’impunité qui couvre la corruption et la délinquance financière fait de leur existence une farce politique pour se donner bonne conscience vis-à-vis des bailleurs de fonds.

“A quoi bon de dépenser des millions de nos francs dans la vérification si c’est pour, à la fin, jeter le rapport à la poubelle” ? Cette question posée par un compatriote sur les réseaux sociaux à l’occasion de la remise du rapport 2018 du Vérificateur général au président de la République est loin d’être anodine.

En effet, le 4 juillet 2019, le président IBK a reçu le Rapport annuel 2018 des mains du Vérificateur général (Végal), Samba Alhamdou Baby. Ce document est la synthèse des observations, analyses, critiques et suggestions formulées par le Vérificateur général au titre de l’exercice 2018. Il est le fruit de dix missions de vérification.

Comme chaque année, le Vérificateur général a décelé “d’importantes irrégularités et des manquements notoires” au sein de plusieurs structures, aussi bien dans “le dispositif de contrôle interne que dans la gestion financière”.

Conformément aux dispositions de la loi instituant le Bureau du Vérificateur général (BGV), a souligné le Végal, “les irrégularités financières et budgétaires décelées à l’occasion des deux missions de vérification financière ont été adressées au président de la Section des comptes de la Cour suprême et au procureur de la République chargé du Pôle économique compétent”.

Des têtes vont-elles enfin tombées ? Rien n’est moins sûr. Même si le président IBK, selon un communiqué de la Cellule de communication et des relations publiques de la présidence, a instruit au gouvernement de prendre “les mesures idoines pour trouver des solutions aux dysfonctionnements constatés et recensés” dans le rapport remis par le Vérificateur général.

Un “disque rayé” qui ne suscite plus l’espoir d’un engagement ferme contre la corruption, la délinquance financière… qui plombent les finances publiques dans notre pays et hypothèquent tous nos efforts de développement institutionnel et socioéconomique.

Chaque année, c’est la même litanie face aux mêmes crimes alors, que par la suite, on n’assiste jamais à des poursuites ni à des inculpations. “Rien que des discours pour endormir le peuple”, déplore notre compatriote cité au début de cet article.

700 milliards de F CFA évaporés en 5 ans

Les Maliens ne sont plus dupes de cette démagogie politicienne. Autant sont-ils conscients que le changement auquel ils aspirent est intimement lié à la lutte contre la corruption et au vagabondage financier, autant ils savent qu’il ne faut pas compter sur les régimes politiques pour sévir contre ces crimes. Au moins ATT avait été très clair : il n’allait pas humilier un chef de famille parce qu’il a abusé de la confiance de la nation pour s’enrichir.

Et heureusement que, sous la pression de leur société civile, nos partenaires techniques et financiers sont de plus en plus regardants sur la gestion des fonds alloués à nos pays. C’est ainsi que le Canada a réalisé un audit des comptes du Mali sur la période 2005-2017 à la demande de l’Alliance des donateurs du Mali. Réalisé courant 2018, il a porté sur les résultats de toutes les enquêtes de la Cour des comptes durant la période 2005-2017.

L’étude canadienne indique que 1,13 milliard d’euros (environ 700 milliards de F CFA) ont été dépensés de manière irrégulière par les autorités maliennes au cours de la période 2005-2017. Ce montant représente 4,4 % des dépenses totales du gouvernement au cours de cette période.

En outre, le document précise que le suivi des recommandations des 13 ans de rapports des structures de contrôle de notre pays (BVG, Cour des comptes, Casca, etc.) n’est pas à la hauteur de la volonté exprimée par les différents régimes pour instaurer une gouvernance transparente dans le pays.

“Sur les 2472 recommandations, seulement 22 % ont été mises en œuvre et vérifiées par le Bureau du Vérificateur général. Quant aux plaintes, le rapport révèle que seulement 11,6 % des plaintes adressées par le BVG à la Cour suprême et au Pôle économique ont été traitées”, déplore le rapport d’étude.

Après la mise à disposition du rapport aux partenaires techniques et financiers (PTF), l’un des pays donateurs avait demandé la réaction du gouvernement malien. Et de sources proches d’une chancellerie occidentale à Bamako, “cette demande est restée sans réponse”, jusqu’au 12 avril 2019. Et selon elle, c’est à cette date, que le Premier ministre de l’époque (Soumeylou Boubèye Maïga) a eu une conversation avec son homologue néerlandais durant laquelle SBM s’était engagé à fournir “une réponse écrite à l’étude” tout en l’assurant de sa disponibilité à examiner le cadre institutionnel des organes de contrôle et de surveillance.

La suite est connue. SBM a démissionné le 18 avril 2019 et il a été remplacé à la Primature le 5 mai 2019 par Dr. Boubou Cissé. Et le 17 mai 2019, le Premier ministre Cissé a été invité à préciser les mesures que son gouvernement comptait prendre à la suite de cette étude.

En réponse, le nouveau chef du gouvernement aurait souligné que l’amélioration de l’administration publique au Mali par la lutte contre toutes les formes d’enrichissement illicite est “l’une des priorités du gouvernement” et que les recommandations de l’étude ne resteront pas lettre morte.

Une volonté d’assainir entaché par “l’affaire Gano”

“On peut lui faire confiance sur parole compte tenu de tous ses efforts pour assainir les finances publiques, notamment la moralisation et l’apurement de la dette intérieure de plus en plus maîtrisée depuis qu’il gère le portefeuille de l’Economie et des Finances”, précise notre source diplomatique.

Si Boubou a pu tenir tête aux cols blancs du milieu des affaires par rapport à la dette intérieure, pourra-t-il faire face à la mafia-politico financière dont les tentacules pèsent souvent sur le pouvoir comme une épée de Damoclès ? Aura-t-il les coudées franches pour poursuivre cette mission salvatrice d’assainissement des finances publiques même en tant que Premier ministre ?

“Rien n’est moins sûr”, répondent les plus sceptiques pour qui la présence seulement de Me Baber Gano dans son équipe est un aveu d’impuissance face au RPM et à Koulouba. En effet, même s’il bénéficie de la présomption d’innocence, l’actuel ministre de l’Intégration africaine et secrétaire général du Rassemblement pour le Mali (RPM, parti présidentiel) est cité dans un scandale financier au niveau de l’Office du Niger (ON).

Ainsi, il aurait indument pris 354 millions de F CFA sur un dossier dans lequel il était chargé de défendre l’Office du Niger contre les impôts dans un litige portant sur 3,5 milliards F CFA. Un dossier dans lequel sa prestation (assistance judiciaire) est prise en charge par un contrat de 15 millions qui le lie à l’ON et qui est “sans reproche”.

Tout au moins, si le contrat lui permettait de gagner des commissions au cas où il recouvrait de l’argent pour l’Office, ce taux est de 2,5 % si le montant recouvré dépasse 10 millions. Or, lui a pris frauduleusement 10 % des 3,5 milliards alors que cette somme (3,5 milliards) n’est pas une entrée d’argent pour l’Office du Niger.

L’avocat et homme politique plaide non coupable et crie à un règlement de compte politique. Toutefois, on se dit aussi que l’Autorité de régulation des marchés publics ne peut pas envoyer son dossier au Pôle économique sans raison. C’est pourquoi Dr. Boubou Cissé avait et a toutes les raisons d’exiger sa démission en attendant qu’il soit blanchi par justice.

En tout cas, la crédibilité et la sincérité de son engagement à faire de la bonne gouvernance une priorité seront jugées par rapport à sa fermeté dans cette affaire. Et cela aussi bien par l’opinion nationale et les PTF du Mali…

Naby (Le Focus)

Related Posts

Laisser un commentaire