Flash d´information

Afrique du Sud | Un Ambassadeur à l’Unesco interpelle l’Union Africaine

“L’Union Africaine doit réagir avant qu’il ne soit tard”. C’est l’appel lancé par l’Ambassadeur de Bonne volonté de l’UNESCO, le chanteur ivoirien, lead vocal de Magic System, A’Salfo, à l’Union Africaine que préside le Président égyptien Abdel Fattah al-Sissi.

Au moins sept personnes ont perdu la vite suite à des violences, pendant trois jours, contre les immigrés (africains) à Johannesburg, en Afrique du Sud. Scènes de commerces pillés, brûlés, chasse à l’homme, etc.
Un triste tableau qui dégage sous fond de xénophobie, la face cachée d’une population qui n’a véritablement pas fait le deuil de l’Apartheid.

Le Président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, président en exercice de l’Union Africaine

“Certes l’Apartheid avait un visage inhumain. Mais, loin de la situation que vivent actuellement nos frères qui sont lynchés, tués et brûlés vifs par leurs semblables parce qu’ils sont étrangers”, regretté le chanteur A’Salfo dans un tweet daté du 3 septembre 2019.
Comment expliquer un tel acharnement envers des, étrangers, immigrés africains dans un pays africain?
Membre de l’ONG Right to Know, Daniel Byamungu a traduit au micro de RFI les causes de violences envers les étrangers selon les propres explications des auteurs. “Le Radical Economic Transformation (RET), une grande organisation, les chauffeurs des camions, les jeunes, qui ont de petits magasins – tous ces groupes se sont organisés pour nettoyer et chasser les étrangers. Ils parlent de leur mécontentement envers les étrangers et veulent restaurer la souveraineté de leur pays. C’est ce qu’ils disent”.

Moussa Faki Mahamat, chef de la Commission de l’Union Africaine

Appelée à se prononcer sur ces graves incidents en Afrique du Sud qui engendrent à n’en point douter une crise diplomatique avec des pays pays africains tel le Nigeria (qui a rappelé son Ambassadeur), l’Union africaine tarde à prendre le taureau par les cornes.
C’est son chef de la Commission, Moussa Faki Mahamat qui, sans toutefois donner un nom à ce sentiment de rejet de la population Sud africaine à Johanesbourg, a demandé au gouvernement du pays Arc-en-ciel de “s’attaquer aux causes profondes qui ont conduit à ces actes odieux”. “Je réitère, s’est-il prononcé, l’engagement continu de la Commission de l’Union africaine à aider gouvernement sud-africain à s’attaquer aux causes profondes qui ont conduit à ces actes odieux, afin de promouvoir la paix et stabilité”. Outre cette prise de parole, l’Union Africaine, à travers son compte tweeter, explique ce que Moussa Faki Mahamat qualifie “actes odieux”.
Ce sont “les conséquences de la xénophobie en Afrique”, lit-on en commentaire d’un tweet de l’écrivain Tino Bang Mbang.

Une caricature de The Black Narrator

Pour marquer une distance face au régime sud -africain, le Nigéria, la République démocratique du Congo, le Malawi voire le Rwanda ont décidé de ne pas prendre part au Forum économique mondial sur l’Afrique qui s’est ouvert le 4 septembre au Cap, en Afrique du Sud.

KS

Saydoo KONE

Freelance│Journaliste Culturel│Consultant Media│Administrateur de Site│Artist-Manager
Follow Me:

Related Posts

Laisser un commentaire