Crise malienne Sécurité

Général Ag Gamou: «Le Mali a besoin d´une deuxième opération de reconquête plus vaste et forte»

Suite à la double attaque djihadiste contre les positions des Forces Armées Maliennes (FAMa) de indeliman et de Tarkint, plusieurs voix se sont élevées: les uns pour crier leur indignation et adresser leur condoléances aux familles endeuillée et à la Nation malienne toute entière; les autres pour demander une implication de toutes les forces en présence dans l´opération offensive.

C´est le cas de la plate-forme DÉFENDONS LE MALI, qui fut la première organisation à diffuser un communiqué, signé de sa présidente Madame Sidibé Fatoumata Sako, pour apporter leur soutien aux Forces Armées Maliennes (FAMa), condamner «énergiquement cette attaque lâche» qui selon la Présidente de DÉFENDONS LE MALI, n´a pour seul but que «de saper les efforts du Président de la République SEM El Hadj Ibrahim Boubacar Kéïta, du Gouvernement et des maliens pour la recherche et la consolidation de la cohésion, de la paix, de la réconciliation et de l’unité nationale».

L´autre réaction qui a retenu notre attention et celle des réseaux sociaux est celle du Général El Hadj GAMOU. Selon lui, il est impératif de lancer une vaste opération de reconquête de l´ensemble du territoire malien et déployer toutes les forces pour un ratissage en profondeur de toutes les niches de terroristes.

Pour le journaliste Alassane Souleymane, candidat malheureux à la présidence de la fédération malienne de football (FEMAFOOT), il est inconcevable pour le Mali de «signer des actes internationaux qui établissent des forces internationales et “amies” sur son sol et être seul à chaque fois à payer le prix fort et à étrenner des bilans aussi macabres. L’erreur dans le jeu est palpable à l’œil. Nos populations s’interrogent, nos pouvoirs sont dans un dilemme permanent entre désarroi et impuissance. L’ennemi frappe, seul son feu est vu et lui invisible en 2019, pourtant sans armes et avions furtifs, sans pick up mais des motos.

Nos amis et partenaires sont pour beaucoup peu francs dans la situation actuelle. Osons le dire contre toutes convenances.

J’en appelle au président de la République, en marge de toutes les initiatives actuelles, de faire un rappel de toutes les compétences du Mali: en intelligences sécuritaire, diplomatique politique et économique, en communication, en stratégie, etc. La gestion du Mali ne peut plus se payer le luxe d’une gestion de régime, de partis ou majorités au pouvoir, de clans, etc.»

Boub´s Sidibé

Boub's SiDiBÉ

Photo Journaliste, infographe, Webmaster, camera à la main, appareil photo et Laptop en bandoulière, je suis Digital Manager, mais surtout: AFRO-RÉALISTE.
Follow Me:

Related Posts

Laisser un commentaire