Corruption Développement Société

SÉLINGUÉ : Voyage au cœur d’un système de dilapidation organisé des ressources publiques : Office de Développement Rural de Selingué (ODRS)

Etablissement public à caractère administratif, l’Office de développement rural de Sélingué (Odrs) est géré par un système mafieux. Nommé pour redresser cette structure et inculquer un nouvel dynamisme dans sa gestion, l’actuel Président-directeur général, Hamidou Coulibaly, s’est fait vite remarquer par son dilettantisme. Du coup, à Dieu l’orthodoxie financière. L’entreprise souffre de fortes saignées financières, provoquant une « anémie » qui est en train de la paralyser.  Zoom sur la gestion d’un apprenti sorcier.

La situation des dépenses en investissement exécutés sur le BSI de l’Office de développement rural de Sélingué coupe le souffle. D’abord, selon le rapport du Conseil d’administration, la direction a annoncé à sa 24e session ordinaire, tenue en décembre 2018, l’achat d’un véhicule V8 Turbo diesel 4X4 station Wagon pour le compte de la direction générale de l’Office de développement rural de Sélingué. Cet engin a été acquis à 70 000 000 F CFA. Ce document égraine l’exécution d’un certain nombre de dépenses qui laissent croire à un système organisé de dilapidation des deniers publics à l’Odrs. On y note le pavage de la cour de l’antenne Odrs de Bamako, sise à Faladiè, pour un montant de plus de 9 millions 983 mille F CFA. Des pièces de recharge pour les pompes et les stations de pompage du périmètre irrigué de Maninkoura ont été évaluées à 15 millions de F CFA. La rénovation de la toilette intérieure pour le chef d’antenne de l’Odrs de Bamako a coûté 1 399 893 F CFA. Les travaux de rénovation des bâtiments administratifs de l’Odrs Sélingué, Faraba, Maninkoura et Yanfolila ont été facturés à un montant estimé à 24 414 200 F CFA.

A ceux-ci s’ajoutent la réalisation des travaux de clôture du domaine de la zone de Yanfolila, estimée à 19 996 195 francs CFA, des travaux d’entretien d’urgence des digues de ceinture et de protection du périmètre irrigué de Sélingué au titre de la campagne d’hivernage 2018 évalués à 23 199 125 F CFA.

Toujours dans le rapport du CA, la direction a aussi fait l’annonce d’une acquisition de trois vidéos projecteurs pour les zones de Sélingué, Maninkoura et Yanfolila pour un montant de 1 497 420 F CFA. On y trouve aussi les travaux d’urgence de curage d’un drain collecteur et de quelques sections du canal sauvage du périmètre irrigué de Sélingué pour un montant de 4 millions F CFA. Parmi les dépenses effectuées, on trouve aussi l’installation de réseau informatique à l’antenne Odrs de Bamako à 3 800 000 F CFA. Sans oublier les achats de trois ordinateurs de bureau et trois ordinateurs portables facturés à 5 518 800 F CFA. Des moquettes achetées à 3 551 558 F CFA. Deux climatiseurs split 2 chevaux et de cinq climatiseurs split 1, 5 chevaux ont été acquis à 4 979600 F CFA. Le rapport mentionne également l’investissement pour les trois imprimeries en couleur multifonction laser jet avec accessoires et de cartouches d’encre en couleur pour 3 999 964  F CFA. Le total cumulé de ces dépenses s’élève à 198 399 467 F CFA. Comme on peut le voir, c’est une véritable saignée financière organisée à l’Odrs. Il y a de quoi pour les services de contrôle et de vérification de s’intéresser à cette gestion qui jure avec les règles de l’orthodoxie financière.  

Au regard de ces chiffres, la direction générale semble avoir fait un investissement énorme pour l’exercice de 2018. Seulement voilà : la plupart de ces opérations dégage une forte odeur de surfacturations à la pelle. Nous nous sommes amusés à chercher la traçabilité des appels d’offres ou appels à soumissions auprès de l’Autorité du marché public, sans suite. Même notre démarche auprès de la direction sur la transparence de ces questions précises n’a pas abouti à de réponses.

Surfacturation à ciel !

S’il s’avère que la direction n’a pas fait d’appel d’offres selon le Code de procédure des marchés publics, cela constitue déjà un indice pour orienter les enquêteurs. En tout cas, l’exécution de ces dépenses ressemble à une simple transaction entre particuliers. Ce qui laisser penser à une surfacturation de ces opérations de dépense. Le montant décaissé pour le pavage de la cour de l’antenne de Bamako laisse croire à une escroquerie. Ces locaux sont bâtis sur un terrain à usage d’habitation de 300 mètres carrés. D’après les techniciens de génie civil : le pavage de 300 mètres carrés est estimé à 2 250 000 F. Pourtant, la direction a mobilisé 9 983 715 pour réaliser ces travaux. Les pièces de rechange pour les pompes et les stations de pompage du périmètre irrigué de Maninkoura ont besoin d’une expertise pour évaluer le montant réel. Le montant décaissé pour les travaux de rénovation des bâtiments administratifs n’ont toujours pas été exécutés. Alors que 24 414 200 francs ont été prévus pour cette cause. Les travaux de clôture du domaine de Yanfolila ont débuté cette année. Mais 19 996 195 F CFA ont été soutirés dans le budget de 2018.

Trois projecteurs vidéo sont facturés à 1 497 420 francs. Pourtant sur le marché malien, l’unité est cédée au maximum à 100 000 F CFA, soit 300 000 F CFA au total. La différence est de 1 197 420 F CFA. Sept climatiseurs sont acquis à 4 979 200. Alors qu’à Bamako, on pourrait s’acquérir sans difficultés, le tout à 1 620 000 F CFA, soit une possible irrégularité de plus de trois millions. L’investissement pour les trois imprimeries en couleur multifonction laser jet avec accessoires et de cartouches d’encre en couleur achetées à 3 999 964 F CFA sont bien accessibles sur le marché à 375 000 F CFA, l’unité. Nous serons très réceptifs si la direction pouvait mettre à notre disposition les copies des appels d’offres ou soumissions sur ses marchés. Nous y reviendrons.

Bamey Diallo

Related Posts

Laisser un commentaire